| Par lpbw

Elle savait parler aux oiseaux par Danielle Charland

CULTURE. Elle savait parler aux oiseaux est le 6e roman jeunesse de la Jérômienne Danielle Charland. Il y est question d’une amitié entre une vieille dame qui a "mal à sa mémoire" et d’Éloïse qui vient de déménager avec toutes les pertes que cela implique.

Danielle enseigne au primaire, aux enfants de 6 et 7 ans, dans une école de la région de Lanaudière. Ça fait huit ans qu’elle écrit. L’auteure raconte des histoires inspirées des situations de vie de ses jeunes élèves, en les transformant. «Je travaille dans un milieu difficile. Les enfants vivent des histoires à peine croyables. Lors d’une année particulièrement difficile, écrire l’histoire de l’un des enfants avait été pour moi un exutoire et m’avait permis de franchir une étape et de passer à autre chose; parce que je n’avais pas pu l’aider comme je l’aurais voulu. Ça a été pour moi très thérapeutique». Ce fut son premier livre.

Message

Danielle Charland est passionnée. Elle nous parle aussi de son avant-dernier livre, D’où viens-tu, Aya?, celui-ci inspiré de l’actualité raconte l’histoire d’une petite Syrienne qui arrive au Québec et pour laquelle l’adaptation n’est pas facile. Pour en revenir au dernier, il s’agit d’une rencontre, d’une amitié qui se tisse entre une petite fille, Éloïse, avec une vieille dame, Alice, qui souffre d’Alzheimer. Une vieille dame, pour qui le ciel dessine des éléphants et des baleines à bosse, parle aux oiseaux et raconte des histoires magnifiques, les yeux fermés. Et, tout comme Éloïse, Alice est «tête de lune». Elle oublie tout… «Je ne nomme pas la maladie. Toutes les deux ont un deuil à vivre, la vieille dame de ses facultés, de sa mémoire et Éloïse, de la perte de ses amis», explique l’auteure.

Cette dernière ajoute: «Les jeunes vont être confrontés à des grands-parents qui perdent la mémoire, c’est une réalité. J’écris avec des choses qui se passent dans la vraie vie des enfants. Comme dans Lili et son petit géant, l’histoire d’une petite fille qui pensait qu’elle n’avait aucun talent. Son père lui fait découvrir qu’on a tous en soi un petit géant qu’on peut faire grandir… Dans mes histoires, il y a toujours deux niveaux. Mes élèves le lisent. Les enfants trouvent un côté drôle ou tendre et, s’ils sont accompagnés dans leur lecture, il y a toujours un deuxième niveau à exploiter, un message».

Pour Danielle Charland, l’écriture a toujours été une grande source de bonheur et d’évasion. Elle souhaite avoir transmis cette passion aux enfants à qui elle a enseigné. Ses romans s’inspirent d’élèves qui l’ont particulièrement marquée au cours de sa carrière, une façon pour elle de les garder dans ses souvenirs et de ne jamais les oublier.

Danielle Charland, son livre Elle savait parler aux oiseaux. Éditions Vents d’Ouest. Collection Vive le vent!. Pour les enfants de 7 à 9 ans.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.