| Par France Poirier

Les restaurants réouvriront le 15 juin

Salle à manger et terrasse

Le gouvernement a annoncé, lundi, la réouverture des restaurants en région à compter du 15 juin prochain. Les restaurateurs seront-ils prêts à une semaine d’avis?

 

Nous avons parlé avec deux restaurateurs de Saint-Jérôme pour connaître leurs opinions et aussi les appréhensions face à cette annonce. Au moment des entrevues, la réouverture des restaurants n’était pas encore officielle.

Le propriétaire du restaurant Soléo au centre-ville de Saint-Jérôme est évidemment très heureux de l’ouverture des restaurants et se dit prêt. « Nous avons planifié les distances sanitaires depuis la fermeture, nous sommes bien équipés en produits de désinfection. De plus nos menus sont plastifiés, ce qui facilitera le nettoyage », a souligné Anthony Acena.

Pour lui, il était temps que l’on puisse reprendre les activités et que les restaurateurs puissent gagner leur vie. « L’économie est paralysée pour éviter que les gens se côtoient, mais de voir en même temps des milliers de manifestants coude à coude, c’est deux poids, deux mesures », expliquait monsieur Acena.

Préparation

« Nous installerons des Plexiglas entre les banquettes. Dans la salle à manger, nous respecterons la distanciation, soit 50 % environ. On va passer de 120 places à une cinquantaine de places ». Au cours de cette période, l’équipe du Soléo a développé le prêt-à-emporter et a été grandement surprise par sa popularité. « C’est quelque chose qui nous trottait dans la tête depuis quelques temps, mais on ne poussait pas sur cette option.  Après six semaines, on découvre que ça se passe bien et on va continuer de le développer et d’ajouter la livraison », confiait Anthony Acena.

Complexe Vieux Shack

Danny Berger, l’un des copropriétaires du Complexe Vieux Shack souligne lui aussi que l’équipe se prépare à suivre les procédures qui seront dictées par la Santé publique. Selon lui, 30 % des restaurateurs et des bars ne pourront pas tenir le coup avec les pertes durant la fermeture et l’ouverture avec certaines limitations. « Le fait d’avoir une grande terrasse nous aide, on peut l’ouvrir même si on perd de l’espace. Ceux qui vont passer au travers sont là depuis longtemps. Notre avantage est que la bâtisse nous appartient, sinon avec les coûts de location, comment peux-tu survivre avec tous les autres frais fixes ? On a plusieurs compagnies, ce qui pourra nous aider, on attend de voir les subventions qui pourraient venir », soutient monsieur Berger.

Il estime qu’une semaine pour réouvrir c’est rapide. « En une semaine, faut trouver le personnel disponible, nous sommes en contact avec notre cuisinier, mais la PCU peut nous nuire aussi. On va être prêt, on va prendre les devants au niveau sanitaire », conclut Danny berger.

Ouvert depuis 26 ans, Le complexe Vieux Shack comprend, une boite à chanson, un resto-bar, le bar country Lucky Luke, la salle de spectacle Le tapis rouge et loge aussi le La P’tite grenouille.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.