Rhéal Éloi Fortin parle durant le Comité spécial Pandémie Covid-19.

| Par journal-le-nord

Subventions salariales d’urgence : Le Bloc québécois demande des excuses et des remboursements

Depuis que le député de Rivière-du-Nord, Rhéal Fortin, a sondé ses électrices et ses électeurs sur l’utilisation du programme de Subventions salariales d’urgence par les libéraux et les conservateurs, des centaines de citoyennes et de citoyens de Rivière-du-Nord lui ont manifesté leur mécontentement. Rhéal Fortin et le Bloc Québécois exigent que les partis s’excusent et remboursent, sans autre délai et avec intérêt, l’argent des contribuables.

À la fin mai, le Bloc québécois a appris que tous les partis politiques fédéraux, à l’exception de ce dernier, ont demandé et profité de la Subvention salariale d’urgence pour payer les salaires de leurs organisateurs politiques. Le Bloc québécois mentionne toutefois que « la subvention salariale est un programme d’urgence créé pour maintenir le lien d’emploi entre les entreprises et leurs employés en période de crise, pas pour garnir et protéger les cagnottes électorales des partis politiques fédéralistes déjà multimillionnaires. »

Parti libéral

La semaine dernière, Justin Trudeau a annoncé que son parti cessera de recourir aux subventions salariales. Les libéraux auraient donc utilisé ce programme pour obtenir plus de 850 000$ en taxes et impôts. « Les libéraux démontrent, encore une fois, leur manque de jugement. Ils n’ont aucune considération pour les contribuables actuels et futurs. Et le plus aberrant, c’est qu’ils ne semblent toujours pas disposés à rembourser. C’est tout simplement odieux! » s’insurge Rhéal Fortin.

Parti conservateur

Quant aux conservateurs, leur nouveau chef s’est engagé à cesser de recourir aux subventions et à les rembourser. « Ils doivent au moins 700 000$ au trésor public. Je serais gêné d’être à leur place… Semaines, après semaines, ils déchirent leurs chemises sur les dépenses titanesques des libéraux, mais aussitôt qu’ils ont l’occasion de mettre les mains dans le plat de bonbons, ils le font et ce sans aucun scrupule! Leur manque de cohérence n’a d’égal que leur manque de conviction », déplore Rhéal Fortin en leur demandant de rembourser immédiatement et avec intérêt.

Comme le dit le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet : « ils admettent, ils avouent, qu’ils n’avaient pas à toucher à cet argent-là ». « Ça aura finalement pris des mois aux libéraux et aux conservateurs pour réaliser une telle évidence : c’est déshonorant de détourner l’argent des contribuables pour garnir leurs coffres électoraux! Ils doivent s’excuser », conclue Rhéal Fortin.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.