(Photo : Archives)
Les citoyens obtiendront plus de renseignements sur les règlements entourant les constructions près des zones humides.
|

Lac Bleu à Saint-Hippolyte : Séance publique d’information le 13 décembre

Par Luc Robert

Une séance d’information se tiendra le mercredi 13 décembre prochain à la cafétéria du parc du Grand-Héron, dès 19 h, pour informer les citoyens au sujet des constructions près des milieux humides.

« Je me suis engagé à aller vers les citoyens et c’est ce que je fais. Une première vidéo sur l’ensemble de la construction près des milieux humides sera produite et diffusée cette semaine. Elle sera suivie d’une rencontre informative avec la population le mercredi 13. Il y a toujours une servitude et une zone tampon aux terrains situés près des zones humides. On parle souvent de terrains de 70 000 ou de 80 000 pieds carrés, où il y a une bande riveraine où il est interdit de construire. Il faut que le milieu humide prospère et se régénère. On a l’intention de faire respecter la règlementation en place », a soulevé le maire de Saint-Hippolyte, M. Yves Dagenais.

Déboisement

Cette rencontre citoyenne fait suite à un récent tollé soulevé lors d’un déboisement dans le secteur du lac Bleu, qui permettra l’instauration d’une nouvelle rue dans le secteur sud du plan d’eau.

« Je suis sceptique face à cette réunion. On n’a rien reçu comme invitation jusqu’à maintenant. Si c’est pour l’ensemble des citoyens de la municipalité, je vais rester chez moi et je n’y assisterai pas. On a fait une demande exclusive à la Ville pour une médiation tripartite dans un secteur particulier, au lac Bleu. S’il veut faire un show de boucane, libre à lui. On veut se concentrer sur notre milieu, pas noyer le poisson at large », a rétorqué le président de l’Association des citoyens du lac Bleu, M. Jeannot Aucoin.

Protection des milieux humides

Ce dernier entend multiplier les démarches pour en venir à un plan global d’aménagement.

« J’ai jasé avec le directeur général de la Ville. Ça nous prend une politique pour arrêter de détruire ou abimer les milieux humides. La priorité doit être de cesser les constructions qui drainent les secteurs humides et inondables. Les cartes des zones humides de la municipalité semblent différer de celles que nous avons obtenues au ministère de l’Environnement du Québec. En fait, le plan du provincial est plus grand et la rue projetée passerait en plein milieu de la zone humide. Il y a définitivement un litige entre les deux plans. À mon sens, ce que fait la Municipalité avec son plan, c’est légaliser un chemin qui sera dans le lac, à partir des cartes consultées. Le maire a intérêt à calmer le jeu », a estimé le citoyen Aucoin.

« Si on peut limiter le plan global du promoteur Bissonnette à 200 maisons au lieu de 250, au bout du processus des 5 phases, ça ferait ça de gagner. Je suis bien conscient que l’étude hydrologique ne s’applique pas à certaines phases, amorcées avant 2018, et que le promoteur a fait des efforts de son bord. Je répète que ça prend une médiation externe. Au ministère de l’Environnement du Québec, ils n’ont jamais entendu, ni vu ça, qu’après un déboisement de 42 maisons, ils en rajoutent un autre de 30 maisons hors du protocole. La ville a une manière particulière de fonctionner dans le dossier », a estimé tout-haut M. Aucoin.

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *