Nathalie Lasalle et Johanne Dicaire. Toutes deux siègent maintenant comme conseillères indépendantes.

| Par France Poirier

Johanne Dicaire devient indépendante

Une autre conseillère quitte l’équipe Maher

C’est par voie de communiqué que la conseillère Johanne Dicaire a annoncé vendredi qu’elle quittait l’équipe de Stéphane Maher pour siéger comme conseillère indépendante.
Elle explique sa décision en soulignant qu’elle ne cautionne plus certains gestes posés par le maire et son entourage proche qui la rendent inconfortable depuis les élections de novembre 2017. «Récemment, la demande de M.Maher de me retirer de la présidence du parti a été la goutte qui a fait déborder le vase. Depuis plusieurs mois, j’ai subi de l’intimidation, du contrôle et j’ai été témoin de magouilles, de paranoïa et d’abus de pouvoir. Non seulement cette ambiance de travail est nocive et épuisante, mais j’en suis aussi venue à la conclusion qu’elle brimait ma capacité à effectuer mon rôle d’élue, représentante des citoyens, en toute liberté, sans contrôle ni tentative de muselage ou craintes de représailles», écrit-elle dans son communiqué.

Elle aprouve les propos de Nathalie Lasalle

Elle souligne que lors de la démission de MmeLasalle en mars dernier, les propos qu’elle avait tenus étaient véridiques. «Comme elle, j’ai aussi vu à plusieurs occasions les manœuvres de contrôle abusives de la part du noyau du cabinet du maire. Également, je n’ai jamais digéré la magouille électorale, le plan anticampagne de M.Maher et sa garde rapprochée qui, à mes yeux, est de la fraude électorale évidente en plus d’être un traitement inhumain envers mes deux anciens collègues Mario Fauteux et André Marion. La manière dont s’est déroulé cet événement, les mensonges, la manipulation, la magouille organisée par Stéphane Maher, Benoit Beaulieu, Gilles Robert et Simon Geraghty sont indéfendables», souligne la conseillère.
Elle ajoute ne plus vouloir faire partie de cette équipe ni garder le silence ou approuver de tels comportements. «Deux conseillères, Sophie Saint-Gelais et Mylène Laframboise, ont été parachutées dans notre parti et comme candidates, à la toute dernière minute, sans que nous ne le sachions, alors que tout était planifié en cachette par rapport aux autres candidats et aux citoyens. Comment digérer un tel manque de transparence et un tel déni de la démocratie? Ceci ne représente pas l’esprit d’équipe ni le respect envers les membres de notre parti ni envers les autres candidats qui étaient dans la course lors de cette élection», a ajouté Mme Dicaire.

Elle dit s’être sentie piégée

Siégeant au comité exécutif durant six mois, elle dit qu’à plusieurs reprises elle s’est sentie coincée et forcée d’approuver des résolutions alors qu’elle n’était pas à l’aise de le faire. «En l’absence du maire et du pro-maire, il n’y avait à ces rencontres que le directeur général Yvan Patenaude, son adjoint Alain Larocque, Simon Geraghty et Benoit Beaulieu qui, lui, s’autoproclamait président. Je devenais donc la seule personne qui pouvait approuver les résolutions, et ce, dans un contexte déstabilisant et intimidant. Inconfortable, j’ai demandé s’il était possible de reporter une séance, mais on m’a répondu que c’était impossible et que je devais approuver toutes les résolutions séance tenante. Je considère avoir été piégée et contrainte de voter et d’approuver toutes les résolutions. Avoir été nommée au comité exécutif était finalement une supercherie et une manière de m’utiliser à leurs fins», écrit la conseillère.
Elle dit être demeurée au caucus pour assurer une certaine vigilance, mais n’en est plus capable. «Je crois qu’il y a des abus de pouvoir évidents et de la manipulation flagrante au sein du caucus, et je ne suis plus capable de garder le silence ou de cautionner ces comportements. Je représente les citoyens de mon district, je veux garder mon indépendance, arrêter de subir de l’intimidation et arrêter d’être amère et frustrée de voir comment se passent les choses en cachette, à l’arrière-scène », ajoutait Mme Dicaire.
La conseillère aimerait conserver son rôle au sein des différentes commissions. «Je ne sais pas encore si je ferai un autre mandat ni si je me joindrai à un autre parti lors des prochaines élections. Pour l’instant, j’ai besoin de décanter les derniers mois et de faire le point sur la suite des choses», a conclu Johanne Dicaire.
 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.