| Par France Poirier

Fin du couvre-feu et retour à l’école

Le premier ministre François Legault a annoncé la fin du couvre-feu à compter de lundi le 17 janvier, ainsi que le retour en classe à cette même date.

Pour ce qui est du retour en classe, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a souligné qu’au cours des deux premières semaines, on distribuera des tests rapides aux élèves du primaire et du préscolaire.

« Nous avons de bonnes nouvelles malgré le contexte difficile. On voit la lumière au bout du tunnel. Même si on ne fait plus les tests, on s’aperçoit que le nombre de cas se stabilise. On aurait atteint un pic. Ce qui signifie que nos mesures ont un impact sur les hospitalisations. Malgré une hausse des hospitalisations que l’on pourra encore observer, on devrait atteindre un pic au cours des prochains jours. On pourrait s’attendre à une descente », a indiqué M. Legault qui se base sur les prévisions de l’INSPQ.

Selon lui, les mesures imposées durant la période des fêtes ont permis de freiner la hausse des cas. « Les mesures mises en place ont été difficiles, mais ont mené à un résultat. Omicron est plus contagieux, mais il est moins grave sur la santé des gens », a-t-il ajouté.

De nouvelles mesures

Le ministre Christian Dubé a annoncé que des discussions avec les syndicats pour ajouter des mesures pour le mieux-être et la qualité de vie des employés de la santé, des mesures incitatives et des mesures administratives ont été ajoutées. Il a ajouté que des 20 000 membres du personnel absent au Québec, nous sommes passés à 15 000 en une semaine. « Omicron est différent et on doit agir différemment », a-t-il souligné.

Magasin à grande surface

À partir du 24 janvier, les commerces de 1500 mètres carrés et plus qui ne sont pas des marchés d’alimentation (Costco, Walmart et Canadian Tire par exemple), devront imposer le passeport vaccinal aux clients.

Vaccitaxe

En ce qui concerne l’imposition d’une taxe aux non-vaccinés, le premier ministre a souligné ne pas vouloir s’en prendre aux clientèles vulnérables, comme les itinérants et les personnes avec des problèmes de santé mentale.

« Il y aura un prix à payer pour les personnes qui choisissent de ne pas se faire vacciner. Il y aura un débat à l’Assemblée nationale et les partis pour faire valoir leurs positions. Un projet de loi sera déposé lors de la rentrée parlementaire. »

« C’est un petit pas qu’on annonce aujourd’hui. J’ai très hâte de rouvrir, les sports, les spectacles, les restaurants. Il faut y aller progressivement. Soyons patients et prudents! », a-t-il conclu.

 

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.