| Par France Poirier

Des jardins de légumes disponibles dans les plates-bandes

SAINT-JÉRÔME. Depuis longtemps, Pablo Saindon cherchait un moyen d’apporter sa contribution pour aider la société. En faisant des recherches, il a découvert Les incroyables comestibles, un mouvement qui est né en Angleterre et qui commence à faire sa place au Québec.

C’est ainsi qu’il a mis sur pied <@Ri>Les incroyables comestibles Saint-Jérôme<@$P>. Des bénévoles se sont greffés à lui pour mettre de l’avant ce projet de plates-bandes, afin d’y faire pousser des légumes et des fruits. Comme enseignant à l’école Frenette, il est aussi le représentant bénévole des Écoles Vertes Brundtland de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord. Il a donc reçu l’appui de la CSRDN pour encourager les écoles à implanter le projet Les incroyables comestibles dans leur milieu.

Projets à Saint-Jérôme

Mgr Martin Tremblay de la cathédrale de la paroisse Saint-Jérôme appuie le projet de Pablo Saindon qui s’est déjà mis à l’oeuvre avec ses bénévoles. «À l’arrière de la cathédrale, il y aura un jardin et à l’avant nous avons planté des arbres fruitiers. Nous croyons qu’il est important de montrer aux personnes dans le besoin à jardiner pour récolter comme l’expression qui dit d’apprendre à quelqu’un à pêcher plutôt que de lui fournir les poissons.

Mais, les élèves de 5e et de 6e années de l’école Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus ont accepté l’invitation de Pablo Saindon en faisant des semis. «Ils auront leurs bacs de culture maraîchère Incroyables Comestibles VSJ devant leur école sous peu», souligne M. Saindon.

Défis aux écoles

L’Office municipal d’habitation de Saint-Jérôme est aussi devenu partenaire avec Les incroyables comestibles Saint-Jérôme. «On m’a donné la responsabilité de créer des sanctuaires nourriciers pour l’ensemble des HLM. J’ai aussi planté deux pruniers à l’école Frenette et je lance le défi à toutes les écoles d’en faire de même. Déjà, le maire de Saint-Colomban s’engage à le faire dès ce printemps dans toutes les écoles primaires de sa municipalité», souligne-t-il.

À noter qu’un autre groupe a vu le jour à la suite d’une dissociation et qui s’appelle Les incroyables comestibles de la Rivière-du-Nord. «Lorsque j’ai parlé de ce projet sur lequel je faisais des recherches depuis des mois, certaines personnes voulaient faire le projet différemment et sont parties de leur côté», a conclu M. Saindon.

 

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.