Axel Marion a façonné son chemin jusqu’aux universités américains. (Crédit photo: Mélanie Arseneault)

| Par Luc Robert

Soccer : Un Hippolytois obtient une bourse universitaire en Iowa

Le joueur de soccer Axel Marion effectuera un bond de géant, en septembre prochain. Il passera du niveau scolaire du Collège Boisbriand, aux rangs du programme sport-études de l’Université Graceland, en Iowa.

L’adepte du ballon rond s’est vu alloué une bourse de quatre ans, après avoir moussé lui-même sa candidature auprès des maisons d’enseignement supérieur américaines. 

« J’achève mon secondaire 5 à Boisbriand, mais depuis le secondaire 3, j’étais déjà en contact avec l’entraîneur de l’Université Graceland. J’ai participé à plusieurs showcases (événements de recrutement) aux États-Unis, dans le but de recevoir des offres. Mes faits et gestes étaient filmés et je pouvais ensuite envoyer mes clips à différentes universités », a souligné le jeune homme de maintenant 17 ans.

« J’ai peaufiné mes techniques, mis mes vidéos à jour. J’ai aussi fait partie d’Équipe Québec des moins de 17 ans, à l’âge de… 14 ans. Graceland est revenue à la charge et j’ai décroché une bourse de 4 ans, qui défraiera 50 % des frais de mes études », poursuit Axel. 

Une carrière en mouvement

Axel Marion

(Crédit photo: Mélanie Arseneault)

Le jeune Marion pratique la discipline du soccer depuis 13 ans. Il a successivement porté les couleurs du FC Boréal, du FC Révolution (Saint-Eustache) et il s’aligne actuellement avec le FC Challenger de Mirabel.

« J’évolue à la position de défenseur latéral. Avec le FC Challenger, nous occupons actuellement le premier rang de notre ligue, après quatre parties disputées. Je fais le pari de passer directement au niveau universitaire. Je me destine à une carrière en physiothérapie et en coaching. Pourquoi dans cette voie ? Parce qu’au cours de ma carrière, j’ai subi et vécu ma part de blessures comme joueur et je sais par quoi passent les athlètes. Je veux aider les gens à soulager leurs blessures et à guérir leurs maux », a poursuivi l’athlète.

Même si son idée est bien arrêtée envers ces deux métiers, il ne met pas un X sur sa carrière d’athlète. « J’ai travaillé toute ma vie pour devenir un joueur de soccer et je vais continuer à persévérer pour me rendre au niveau professionnel. Avec ma vitesse et ma vision du jeu, je vais sûrement mieux cadrer en Europe. Ici, la MLS (Major league soccer) représente une porte d’entrée chez les pros. Je me débrouille bien en anglais depuis plusieurs années, de sorte que de jouer là-bas ou ici représentent des bonnes possibilités. Mon meilleur ami dans la discipline est de Calgary et nous échangeons en anglais. »

Les portes ouvertes

Il ne dirait d’ailleurs pas non au soccer de la MLS, si l’occasion vient à se présenter, avec le FC Montréal ou ailleurs. 

« Je cadrerais plus en Europe, mais je peux aussi pratiquer le style physique du Canada et des USA. Ici, la masse corporelle est prédominante, alors qu’en Europe, ils misent davantage sur la vitesse d’exécution. La rapidité me permettra de jouer sur un continent ou un autre, je crois. »

« Quant à mes origines, les Laurentides sont devenues compétitives. Avant, des clubs de Montréal et de Laval nous regardaient de haut. Notre calibre s’est rehaussé et nous pouvons compétitionner à chaque partie. C’est prometteur. »

Axel Marion croit que se faire voir à l’extérieur, plus jeune, lui a aussi ouvert des portes. « Nos programmes de relève produisent beaucoup plus de jeunes talentueux. Personnellement, ça a décollé lors d’un stage en Espagne. On a joué contre la filiale du FC Madrid. » 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.