Sophie Castonguay
|

Une création pour ne pas oublier

Par lpbw

SAINT-JÉRÔME. Sophie Castonguay, professeure en arts visuels au Cégep de Saint-Jérôme, présentera un projet interdisciplinaire sur le curé Labelle au Musée d’art contemporain des Laurentides les 29, 30 septembre et 1 er octobre dans le cadre des Journées de la culture.

Intitulé Des nouvelles d’A. L., il s’agit d’un projet auquel plusieurs professeurs du cégep prennent part. «C’est une projection de collages d’images devant lesquelles des interprètes récitent des paroles et des chants autour de l’histoire du curé Labelle, de la notion d’oubli et de l’histoire des Canadiens français», nous explique l’artiste.

Processus

«J’ai mis des ouvrages importants sur le curé Labelle sur la table et, ensemble, on a passé des heures à lire à voix haute des extraits. On a découvert qu’on savait peu de choses sur ce dernier», nous explique-t-elle. «On sait qu’il a été important pour la colonisation du Nord, que c’est grâce à lui qu’il y a eu le train du Nord, mais on n’en sait pas plus. On a découvert tout un contexte socioéconomique important dont on parle dans la performance. On veut aussi montrer le déficit de mémoire sur nos origines.»

Finalement, le projet a glissé assez rapidement du curé Labelle à l’histoire des Canadiens français. Le cheminement créatif a conduit jusqu’à Louis Riel. «Dans cette création, je ne contrôle pas ce qui est dit. Les gens autour de la table partagent des connaissances, je l’ai enregistré et j’ai fait un montage sonore.  Lors de la performance, ils repèreront des paroles qu’ils ont prononcées.»  Il sera aussi question du  pourquoi il y a eu un exode aussi massif. À l’époque du curé Labelle, la moitié des Canadiens français ont quitté le Québec. Une des phrases qu’il chérissait c’est: «Emparons-nous du sol. C’est d’une très grande actualité à l’époque où nos terres sont vendues. Et ça renvoie aussi à l’épuisement du sol dans les Laurentides ou encore  aux jeunes agriculteurs qui reviennent s’installer». Selon l’artiste, on ne réalise pas l’importance du curé Labelle, «on n’en prend pas la mesure». Cette création est une invitation à découvrir. Les récitants seront assis dans la salle avec le public et regarderont le montage d’images d’archives. «Il n’y a pas juste la connaissance maîtrisée, il y a un questionnement à voix haute et des moments de fragilité. Et on va chanter la Marseillaise des Canadiens français!»

Le projet

Devant des images d’archives, Sophie Castonguay, Pierre-Emmanuel Dru, David Gagnon, Isabelle Lavigne, Mathieu Marcoux, Marc-Yvan Poitras, Alexis Vaillancourt-Chartrand, Christine Vallée et cie s’interrogent à voix haute sur ce qu’ils savent du curé Labelle et de son époque. Pendant une heure, le public sera plongé dans une expérience participative à la croisée des arts médiatiques, de la poésie action et de l’art performance. Les représentations ont lieu les 29 et 30 septembre à 19h et le 1er octobre à 14h à la salle Antony Lessard. Réservez votre place en communiquant avec le MACL au 450 432-7171, poste 2.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.