| Par lpbw

Soleil de paille ou ce qui ne dure pas

ROMAN. Jérôme Lafond signe un 6e roman, Soleil de paille, aux éditions Marchand de feuilles. Un roman, inspiré de la construction de l’aéroport de Mirabel, dont la piste 29 a été responsable de l’expropriation de la ferme de sa famille.

Mais surtout, Soleil de paille fait revivre de l’intérieur une époque où les amours, les passions et les trahisons brûlaient avec force quand le soleil se couchait dans les champs autour de Sainte-Scholastique. Soleil de paille fait référence à l’éphémère et à l’agriculture, aux choses qui ne durent pas. Dans ses autres romans, Jérôme Lafond évoquait l’expropriation de manière indirecte. Dans celui-ci, l’auteur a choisi un angle différent et nous plonge dans la vie d’Hormisdas. «J’ai beaucoup imaginé et j’ai fait des entretiens avec certaines personnes pour me documenter». Le roman n’est pas seulement l’histoire d’une famille qui fait face à l’expropriation, c’est aussi celui du désir. Il nous plonge dans une époque oubliée où les trésors, la joie, la rage et la désolation se côtoient.

Un paysage qui s’assombrit

Toute l’histoire commence avec Lady Ladouceur, une belle-de-jour qui tient commerce dans une cabane à sucre au bout d’un rang, et qui accepte qu’on la paie en pommes de terre. Dans un coin de pays où l’on considère une cour à ferraille comme un fonds de pension et où on dort sur des paillasses en feuilles de blé d’Inde, Hormisdas Tourangeau et son frère Tréflé s’éloignent peu de leur village.

À l’époque, Sainte-Scholastique, c’est autant une Jeunesse rurale catholique à corrompre que de belles "grégousses" qui dansent le twist… C’est aussi là qu’habite l’oncle Placide, un original qui cultive la terre et un amour secret et s’exprime en aphorismes comme «Rien ne sert de courir, car la vie ne mène nulle part.» Un jour, ce paysage s’assombrit. À une époque où l’on fait encore les labours à la force des chevaux, le progrès débarque sur les terres ancestrales pour y déployer le projet du siècle, l’aéroport de Mirabel.

L’auteur

Jérôme Lafond est né à Sainte-Scholastique en 1977. Il a grandi sur une ferme laitière avant de migrer à Saint Jérôme. Il a fait ses premières armes en poésie avec deux recueils: Poèmes du wah-wah (2003) et Buffalo (2008). En 2005, il a été poète invité de l’Institut franco-japonais de Tokyo. Il signe en 2010, le premier tome de sa série Brigitte des Colères, qu’il clôt avec son troisième roman Lady Boucherie.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.