| Par lpbw

Miram, un réseau pour les artistes voit le jour

MIRABEL. Un nouveau regroupement d’artistes professionnels nommé Miram, le réseau des artistes mirabellois, vient de voir le jour dans les Basses-Laurentides. Sa mission est de favoriser le rayonnement des artistes et le développement de la culture dans la communauté mirabelloise.

Miram permettra aux artistes du secteur de toutes disciplines confondues de briser leur isolement, de favoriser la diffusion d’informations les concernant et de s’entraider, tout en intervenant de façon concertée auprès des élus, lors de l’élaboration d’une éventuelle politique culturelle, par exemple.

Mise sur pied

La création de Miram résulte de la rencontre fortuite de trois artistes, Isabelle L. Bédard, Lorraine David et Isabelle Gagné, dans le cadre d’une démarche de reconnaissance auprès des élus de Mirabel en février dernier. On se souvient que la Ville de Mirabel avait choisi de ne pas participer à l’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité des Laurentides du Conseil des arts et des lettres du Québec, évoquant un trop petit nombre d’artistes sur son territoire. Mme Gagné en avait alors alerté les artistes du coin. À la suite des représentations auprès des élus, la Ville a fait marche arrière et s’est finalement jointe à cette entente importante.

Le programme de partenariat territorial des Laurentides provient d’une entente conclue en 2017 entre le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil de la culture des Laurentides ainsi que les municipalités régionales de comté (MRC) des Laurentides. Un montant totalisant 1 326 000 $ sera réparti sur trois années. Il permet à des artistes ou des organismes culturels de recevoir un soutien financier pour leur travail artistique ayant un impact sur l’ouverture et la qualité de vie de la population.

Un projet soutenu à Mirabel!

L’action posée par Miram permet au projet L’ordinaire extraordinaire de la chorégraphe mirabelloise Karenne Gravel d’être soutenu par le CALQ et la Ville de Mirabel. Bachelière en interprétation de la danse, en 2012, elle devient interprète pour la compagnie Manon fait de la danse<@$p> dans le cadre de Où est Blanche-Neige? et crée des chorégraphies pour le groupe de musique Valaire dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal avec sa collègue Emmalie Ruest avec laquelle, elle cofonde le collectif Dans son salon en 2013. Elle y crée des oeuvres pour la scène et l’espace public ainsi que des courts-métrages de vidéodanse.

Notez par ailleurs que les artistes de Mirabel de toutes disciplines sont invités à se joindre à Miram. Une première rencontre amicale aura lieu cet automne. Pour être informés de l’heure et du lieu, les artistes résidant à Mirabel peuvent s’abonner à la page Facebook du réseau. (F. L. G.)

Plus d’info au https://www.facebook.com/Miram.Mirabel/ ou http://miram.ca/

Pourquoi le nom Miram?

Contrairement aux apparences, Miram n’est pas un acronyme, mais un mot choisi d’une part pour sa sonorité proche de Mirabel et d’autre part pour la connectivité sémantique de ses définitions. En effet, une recherche Internet nous apprend que Miram est le nom d’une étoile de la constellation de Persée, que dans Miram il y a Mir, le nom d’une ancienne station orbitale russe, dont la traduction française est à la fois «paix» et «monde», et qu’en espagnol «mirar» signifie regarder.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.