Avec pas d'casque: Stéphane Lafleur renoue avec Saint-Jérôme

Bien qu’il mène une carrière qui l’a fait voyager aux quatre coins du Québec, ce sera la première fois, le 3 mars, que Stéphane Lafleur chantera dans sa ville natale au sein de son groupe Avec pas d’casque.

«Même moi, j’ai de la misère à m’expliquer comment ça se fait que ça a été si long avant qu’on joue à Saint-Jérôme. Ça fait quand même 14 ans que le groupe existe!», affirme en riant le chanteur d’Avec pas d’casque. Nous aurions aimé jouer au festival de folk, mais c’est vraiment parce que le «timing» n’était pas le bon pour nous.»

Stéphane Lafleur a grandi à Saint-Jérôme et a étudié le cinéma au Cégep de Saint-Jérôme. Il a fréquenté la salle Anthony-Lessard et le Vieux-Palais à de multiples reprises pendant sa jeunesse.

C’est donc avec plaisir qu’il retrouvera ce lieu pour interpréter avec son groupe les pièces du plus récent album, Effets spéciaux, ainsi que quelques-unes des autres chansons qui ont fait la réputation de ce groupe.

Formé de Stéphane Lafleur (voix et guitare) et de Joël Vaudreuil (batterie) au début des années 2000, le groupe a lancé en 2003 un premier album qui a connu un certain succès sur les radios étudiantes. Après un deuxième album en 2006, le groupe a recruté Nicolas Moussette à la basse. Mathieu Charbonneau s’est ajouté au groupe en 2012 avec l’album Astronomie qui compte une des pièces les plus connues du groupe, La journée qui s’en vient est flambant neuve.

Des textes évocateurs        

Au fil des ans, le groupe a obtenu des nominations à l’ADISQ, obtenu le Prix Miroir du Festival d’été de Québec et le prix du meilleur album country/folk des prix GAMIQ, ainsi qu’une présence sur la longue liste des prix Polaris. «On n’aurait pas pensé être là 14 ans plus tard sinon, on aurait trouvé un autre nom de groupe!, lance-t-il. C’est un accident de parcours, même si la musique m’a toujours intéressée, je n’ai pas un parcours académique qui allait dans ce sens-là.» Ayant étudié en cinéma, Stéphane Lafleur mène une carrière cinématographique reconnue. En tant que réalisateur et scénariste, on lui doit des films comme Continental, un film sans fusil, En terrains connus et Tu dors Nicole. Il a également été monteur pour des productions comme Monsieur Lazhar.

Avec ses accents, folk, country et lo-fi, le groupe a conquis le cœur de plusieurs mélomanes. «On nous parle beaucoup des textes. Je pense que nos textes laissent beaucoup de liberté à l’auditeur. C’est facile pour les gens de s’approprier les chansons et de les appliquer à leur réalité, mentionne-t-il. En spectacle, nous nous sommes toujours dit qu’il fallait jouer comme si nous étions devant nos amis. »

Pour informations: enscene.ca

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.