(Photo: Dominick Gravel)
|

Jumeler ses passions pour en faire une carrière

Par Ève Ménard

Chaque jour qu’il prenait le métro pendant ses études, Alexandre Laganière démarrait volontairement une conversation avec quelqu’un. « Parfois, c’était malaisant, mais d’autres fois, des gens avec les larmes aux yeux me prenaient dans leurs bras. » Portrait de celui dont le travail est traversé par un souci sincère de rassembler et d’unir. 

Alexandre Laganière

(Photo: Noémie Cadieux)

L’entrepreneur, producteur, animateur et maintenant conseiller à la Ville de Sainte-Adèle croit qu’au quotidien, on devrait plus se parler. Autour de lui, des couples se forment, des liens se tissent, des gens se trouvent des emplois, puisque « je ne ferme jamais ma gueule », affirme Alexandre en riant. « Je vais vers le monde, je les introduis les uns aux autres. » 

Générer du bien 

Ça commence dès les camps de jour, où il fait de l’animation, puis de la coordination, pendant cinq ans. La première chose qu’il cherche à faire avec son groupe de jeunes, c’est de créer des connexions entre eux. Une dizaine d’années plus tard, il reprend ce rôle en tant que vétéran sur l’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal, pour favoriser l’intégration des nouveaux joueurs. 

C’est justement par l’entremise du football qu’Alexandre commence à réaliser bénévolement des vidéos. Il filme les implications communautaires des équipes universitaires, les visites dans les hôpitaux ou dans les écoles primaires. Une nouvelle passion naît : celle de raconter des histoires et de mettre en lumière le travail d’autrui. 

Puis, on lui propose un jour d’être vidéaste pour un projet du Club des petits déjeuners. Tranquillement, l’étudiant en marketing et en entreprenariat se fait offrir des contrats. « Je ne cherchais pas un moyen de faire de l’argent, mais plutôt de faire ce que j’aimais. Et au final, ç’a créé de la valeur », se réjouit-il. Bien que sa carrière sur la ligne offensive ait laissé place à cet intérêt nouveau, Alexandre est toujours demeuré très près de son sport, grâce à son rôle d’analyste à la radio ou à sa participation à des tournages. 

Alexandre Laganière

(Photo: Charles-William Pelletier)

En sortant de l’université, il ajoute cette fois le titre d’entrepreneur à son portfolio déjà bien garni: il se lance en affaires, pour la première fois avec un partenaire. Puis, en 2019, il fonde une nouvelle compagnie de production d’évènements, de production vidéo et d’animation, « Rassembleurs Productions ». Alexandre est aussi copropriétaire du Norbert, une auberge située à Sainte-Adèle. Il y organise des évènements privés et y reçoit des artistes. 

Enfant adoptif de la région 

Dorénavant bien ancré dans la région, l’entrepreneur s’informe sur l’histoire de la ville et de ses attraits, comme la Rolland ou le P’tit Train du Nord, et se fait un devoir de la transmettre à ceux et celles qui visitent le Norbert. 

L’animateur voit en Sainte-Adèle le potentiel de devenir une ville extrêmement « dynamique et rassembleuse ». Durant son porte-à-porte aux dernières élections municipales, il a d’ailleurs ressenti une belle ouverture à la jeunesse et à la nouveauté. Âgé d’aujourd’hui 31 ans, Alexandre est conseiller municipal et peut maintenant faire rayonner Sainte-Adèle grâce à ses deux chapeaux : celui de politicien et celui d’entrepreneur. 

Rassembleur passionné et ambitieux, Alexandre Laganière voit grand pour la suite des choses. Il souhaite notamment que le Norbert devienne une référence à travers le Québec pour l’organisation d’évènements privés et pour tisser des liens rapidement dans des communautés. Son message demeure le même : il faut plus se parler. C’est vrai partout, dans les équipes sportives, dans les entreprises ou dans les transports en commun.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.