| Par France Poirier

Youri Chassin à la rencontre des itinérants

Le député de Saint-Jérôme, Youri Chassin, a accompagné, cet été, le travailleur de rue Jean Létourneau pour aller rencontrer les personnes en situation d’itinérance. Il y a découvert « mon oncle » Serge.

« Au début lorsqu‘il m’a fait la demande pour aller à la rencontre des itinérants, je lui ai dit non, je n’inviterais pas personne chez vous sans ton consentement. Je leur ai demandé la permission, c’est là que j’ai organisé quelque chose avec Youri », explique Jean Létourneau.

Lors de sa visite entre 18h et 1h30, le député a passé beaucoup de temps avec « mon oncle » Serge, il a vu le rôle qu’il tenait dans cette microsociété. « Il avait son spot à côté du dépanneur au centre-ville, il avait son balai. Il tenait son coin propre. Lorsqu’un autre de ses pairs était désorganisé, « mon oncle » Serge l’avait à l’oeil, il s’en occupait », ajoute M. Chassin qui a été témoin de l’interaction entre les gens dans la rue.

« Une expérience qui m’a appris »

« Lorsque l’on pense itinérance, on pense à des individus qui sont seuls, mais ils ont des relations entre eux : amitié, animosité aussi, partage, c’est ce qui m’a surpris. Même lorsqu’ils sont isolés, ils ne sont pas tout à fait seuls. Ils se soutiennent l’un et l’autre », raconte M. Chassin. « C’est en fait une microsociété dans laquelle chacun a son rôle. Par exemple, « mon oncle » Serge était souvent celui qui accueillait les nouveaux », explique Jean Létourneau.

Centre de jour

On sait que plusieurs services où pouvaient se regrouper les personnes itinérantes ont fermé leur porte.

Un organisme offre de l’aide alimentaire ( ancien fleuriste Marguerite), mais il faut un Centre de jour. « On travaille avec les différentes organisations. Le CISSS des Laurentides, la Ville de Saint-Jérôme, la MRC de la Rivière-du-nord et le Centre de jour forment un comité de pilotage mis sur pied depuis septembre 2019. On souhaite trouver un lieu où les personnes itinérantes pourront aller prendre une soupe, se rencontrer, un lieu commun. Ça avance, mais c’est compliqué entre trouver le lieu et les possibilités de financement. Tout le monde autour de la table de ce comité de pilotage, a la même volonté », explique le député.

Lise Drolet présidente du c.a. du centre de jour est très impliquée dans le dossier. « Le Centre de jour doit pouvoir accueillir les personnes pour une soupe populaire et distribution alimentaire, un lieu auquel on pourrait ajouter des services. On doit répondre aux besoins immédiats », ajoute madame Drolet.

Hommage à mon oncle Serge

Décédé le 26 décembre à l’âge de 47 ans, « mon oncle » Serge était un personnage du centre-ville de Saint-Jérôme. Lundi le 9 mars, il aurait eu 48 ans. Un hommage devait lui être rendu (au moment d’aller sous presse) près du dépanneur où il
avait élu domicile. Une façon pour ses confrères de la rue de faire leur deuil. Il était reconnu comme un leader positif qui aimait les gens. Certains disent qu’il était un péda-gogue de rue. Il aidait les autres, les éduquait, partageait, calmait le jeu quand ça chauffait. C’était un homme respecté dans la rue.

Mon oncle Serge. Photo : Courtoisie

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.