| Par lpbw

Saint-Jérôme met en place un plan pour économiser l'eau potable

ENVIRONNEMENT. Dans les prochaines années, Saint-Jérôme devra poser des gestes pour économiser l’eau potable, sans quoi la Ville sera en pénurie d’eau d’ici cinq ans, affirme Mario Fauteux, conseiller municipal et président de la commission de l’environnement.

« Si on ne réagit pas maintenant, si on ne fait pas un virage à 180 degrés, nous allons être en mesure d’urgence et le gouvernement va nous obliger à effectuer des actions qui ne sont pas agréables», a-t-il expliqué devant des cols bleus, ajoutant que le gouvernement permet que la Ville puise jusqu’à 15 % dans la rivière du Nord.

C’est pourquoi Saint-Jérôme a lancé jeudi un plan d’économie d’eau potable qui s’échelonnera jusqu’en 2020 et qui comprendra une quarantaine d’actions. La première est la recherche intensive des fuites d’eau à travers les 330 kilomètres de conduites.

De cette manière, la Ville espère sauver 10 % d’eau potable, soit une économie de 264 000 $ par année.

Les autres actions seront annoncées dans les prochains mois, mais on sait déjà que Saint-Jérôme demandera la collaboration aux entreprises et aux citoyens l’an prochain.

« En attendant, je demande aux citoyens de réduire leur consommation d’eau. Par exemple, essayez d’étirer vos périodes d’arrosage de gazon et s’il vous plaît ne le faites pas pendant qu’il pleut», a dit M.Fauteux qui rappelle que chaque geste compte.

De son côté, Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, souligne qu’avec la croissance de la population, la Ville se devait d’agir.

« Plus on est nombreux, plus il y a de pertes coûteuses. Et malheureusement, je dois avouer qu’on gaspille de l’eau et nous n’en sommes pas fiers».

Objectif ambitieux

Actuellement, un Jérômien utilise 580 litres d’eau par jour. Cette statistique place Saint-Jérôme dans les villes les moins performantes au pays. L’objectif en 2020 est de réduire la consommation à 420 litres par habitant.

« Plutôt que de frapper un mur en 2019, nous allons être dans le premier quart canadien», souhaite Mario Fauteux.

Et puis en 2030, la Ville veut être parmi les meilleurs avec une consommation de 350 litres par habitant.

Le président de la commission de l’environnement convient que l’objectif est ambitieux, mais estime que la cible est atteignable.

Celui-ci ajoute qu’en plus d’éviter le ralentissement du développement de la Ville, le plan d’économie d’eau potable permettra d’obtenir des subventions du ministère des Affaires municipales.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.