| Par lpbw

«Saint-Jérôme doit devenir un pôle national du transport électrique»

ÉLECTION PARTIELLE. En marge d’une visite d’Autobus Lion, le manufacturier d’autobus scolaires 100 % électriques, le candidat de Québec solidaire à l’élection partielle de Saint-Jérôme, Marcel Gosselin, nous parle de l’importance de faire de Saint-Jérôme un pôle national en transport électrique.

Selon lui, Québec doit investir dans la formation d’ingénieurs et de techniciens dans les établissements d’enseignement supérieur de Saint-Jérôme et accélérer la formation d’ingénieurs par la mise en œuvre d’un BAC en génie électrique ainsi qu’un programme de 2e cycle dans 3 ans au campus de Saint-Jérôme de l’UQO. Ce dernier rappelle que le Cégep de Saint-Jérôme a déjà formé une première cohorte de diplômés ayant obtenu une attestation d’études collégiales (AEC) en technologie des transports électriques qui trouveront de l’emploi dans la région.

«Outre Autobus Lion et Novabus, plusieurs PME se lancent dans l’électrification des transports. En complément, le Cégep de Saint-Jérôme doit développer un DEC en véhicules électriques ainsi qu’un programme de formation en technologie de l’information et de la communication (TIC) axé sur les systèmes intelligents nécessaires à ces véhicules innovants». Il mentionne, par ailleurs que, comme 47 % des GES émis au Québec proviennent du transport, il y a urgence d’agir. «Le potentiel de la région n’est pas encore pleinement développé. Par exemple, Autobus Lion produit 48 autobus alors qu’il a la capacité d’en produire 700 à 1000 par année», déplore-t-il.

Sortir le Québec de sa dépendance au pétrole

«Québec solidaire s’engage à sortir le pétrole du Québec en investissant dans l’électrification des transports. La transition énergétique est un moteur économique important pour Saint-Jérôme et les Laurentides», a affirmé Amir Khadir, de passage chez Autobus Lion. Le député précise que Québec solidaire, déjà en 2012, avait proposé un plan de transition énergétique pour sortir le Québec de sa dépendance au pétrole sur un horizon de 10 ans. «À l’époque, des gens s’étaient moqués de nous, mais 4 ans plus tard la réalité nous donne raison sur le plan écologique, mais aussi sur le plan économique et de l’emploi».

Pour Amir Khadir, «un investissement de moins de 100 millions supplémentaires sur 10 ans permettrait de remplacer tout le parc des autobus scolaires du Québec par des autobus électriques produits au Québec et consommant une énergie propre au Québec. Au lieu de dépendre du pétrole sale d’Alberta ou de l’Arabie saoudite, l’achat de carburant de 8000 autobus électriques irait directement dans les poches des contribuables québécois».

En terminant, le député de Mercier ajoute que le fait d’attirer les entreprises de pointe du secteur à Saint-Jérôme pourrait mener à la création d’au moins 1000 emplois industriels bien rémunérés d’ici les 5 prochaines années.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Les événements à venir

Aucun événement restant pour Août