Anie Émard, agente d’intervention CAVAC, et Yan Mercier, inspecteur division des enquêtes et du renseignement criminel.

| Par France Poirier

Saint-Jérôme crée une équipe unifiée

Alors que le Québec a connu deux autres féminicides la semaine dernière, dont un à Sainte-Agathe-des- Monts, qui s’ajoutent à une longue liste depuis deux ans, le Service de police de la Ville de Saint-Jérôme se dote d’une équipe unifiée en matière de violence conjugale.

Ainsi, le comité exécutif de la Ville de Saint- Jérôme a convenu, lors de la séance du 31 mars, d’autoriser la création de l’équipe unifiée en violence conjugale et familiale, qui a été mise en place grâce à une aide financière du ministère de la Sécurité publique. L’équipe est composée de deux sergents-détectives et de deux agents du Service de police de la Ville de Saint- Jérôme.

« En plus de répondre à l’invitation du ministère de la Sécurité publique d’agir de manière concertée, cette équipe facilitera l’implantation sur notre territoire de mesures permettant d’assurer la sécurité des victimes de violence conjugale et familiale. C’est un geste significatif et important : nous passons à l’action en nous dotant des ressources nécessaires pour accompagner ces personnes de façon professionnelle et respectueuse », a expliqué le maire de Saint-Jérôme, Marc Bourcier.

« Nous faisons déjà partie des municipalités alliées contre la violence conjugale, nous avons un plan d’action en matière de violence conjugale et familiale et maintenant, nous déployons une équipe d’intervention qui deviendra assurément une source de référence pour notre collectivité, mais aussi à l’intérieur même de notre organisation. Je voudrais d’ailleurs souligner l’importante contribution dans ce dossier de Caroline Bernard, directrice adjointe principale au Service de police », a commenté Michel Gagnon, conseiller municipal et président de la commission de la sécurité publique. Saint-Jérôme s’est doté d’un plan d’action en matière de violence conjugale depuis 2014.

Une stabilité

« En travaillant à plein temps sur les crimes en matière de violence conjugale et familiale, les enquêteurs développent une expertise et une relation de confiance avec nos partenaires, puisque ça crée une stabilité », explique Caroline Bernard, directrice adjointe principale au Service de police de la Ville de Saint-Jérôme.

Elle souligne que l’équipe dédiée pourra faire des suivis avec les victimes dans une continuité pour l’évaluation du risque.

« Certaines personnes ne veulent pas aller en maison d’hébergement parce qu’elles ont un bon filet de sécurité autour d’elle, famille et amis, alors les policiers peuvent assurer que tout se passe bien pour elles. Auparavant, on recevait une plainte, on rencontrait la victime, on la référait et on procédait à l’arrestation. Avec l’équipe dédiée, la vérification du respect des conditions fait partie du suivi. De plus, lorsque l’équipe reçoit un appel en matière de violence conjugale ou familiale, elle pourra prendre le temps de faire un historique. On sait que le premier appel d’une victime ne signifie pas nécessairement un premier événement », ajoute-t-elle.

Soutien financier du Québec

Le gouvernement du Québec a créé un soutien financier pour mieux accompagner les victimes. En mai 2021, Québec annonçait des investissements de 71 M$ pour lutter contre la violence conjugale et les féminicides. De ce montant 27 M$ sont alloués pour l’ajout d’effectifs au sein des corps policiers. Le Service de police de la Ville de Saint-Jérôme avait soumis un projet dans le but de créer une équipe spécialisée en matière de violence conjugale et familiale. Le ministère a accordé une aide financière en ce sens pour au moins les cinq prochaines années, ce qui permet l’ajout d’un enquêteur pour cette équipe spécialisée.

Aide et ressources

Si vous avez besoin d’une aide immédiate, composez le 911.

SOS violence conjugale

Écoute téléphonique, soutien psychologique, intervention immédiate et référence aux maisons d’hébergement. sosviolenceconjugale.ca ou 1 800 363‑9010

La Maison d’Ariane

Sa mission est d’accompagner les femmes et les enfants victimes de violence conjugale dans la reprise de pouvoir sur leur vie et de militer pour l’élimination de cette problématique sociale. Des services externes leur sont également offerts. maisondariane.ca ou 450 432-9355

Statistiques

Les crimes contre la personne représentent près du tiers de la criminalité de la Ville de Saint-Jérôme. Plus de 40 % de ces crimes sont commis dans un contexte de violence conjugale et familiale. Plus précisément, les enquêteurs au Service de police de la Ville de Saint-Jérôme ont traité :

Année       Crimes en contexte de violence conjugale Crimes en contexte de violence familiale
2018 385 32
2019 370 33
2020 400 33

À noter que ces chiffres excluent les bris de conditions en contexte conjugal et les appels de chicane de famille.

Source : Service de police de la Ville de Saint-Jérôme

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.