Marc Bourcier, député de Saint-Jérôme, et Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole en matière de santé pour le Parti Québécois. PHOTO: Courtoisie

| Par France Poirier

Mettre la santé au service des citoyens

Le PQ se donne 12 mois

Le député de Saint-Jérôme, Marc Bourcier, présentait dernièrement le calendrier de travail en santé d’un gouvernement du Parti Québécois.

Ce calendrier a pour but de redresser rapidement la situation de l’accès aux soins pour les Québécois. « Dès octobre 2018 et dans les 12 mois qui suivront, nous comptons redistribuer les ressources au bon endroit en faisant du Québec une nation plus en forme et en soutenant les professionnels en santé ainsi que les organismes communautaires », expliquait le député dans un communiqué.

Plan de match

– Le Parti Québécois mettra les patients, plutôt que les médecins, au centre du système de santé.

– Dès octobre 2018, on veut mettre en œuvre un plan méthodique et réaliste pour réorienter les milliards promis aux médecins vers les besoins actuels des Québécois; donner une réelle autonomie aux 200 000 professionnels en santé, notamment les infirmières et les pharmaciens; alléger la charge de travail des infirmières et des préposés aux bénéficiaires; ouvrir un réseau de cliniques d’infirmières spécialisées, notamment en CLSC, qui seront ouvertes le soir et les fins de semaine; mettre l’accent sur la prévention, la santé publique et les saines habitudes de vie; bref, viser une nation en forme; soutenir les organismes communautaires, notamment dans le milieu de la santé.

« Depuis 15 ans, les Québécois paient le prix de la mauvaise gestion du système de santé par les libéraux. Nous héritons d’un système de santé affaibli et démobilisé. Sans promettre de tout régler en quelques semaines, nous allons changer complètement d’approche et jetterons les bases d’un système centré sur le patient, non plus sur la rémunération des médecins. Dès octobre 2018, nous débuterons le décloisonnement des professions, et nous procéderons à l’ajout de ressources en soins à domicile ainsi que pour les familles dont un enfant est aux prises avec un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle », a indiqué le député Marc Bourcier.

« Nous pouvons faire mieux que de verser encore un autre 2 G$ aux médecins spécialistes, chose qui n’aurait jamais dû se concrétiser. Car, contrairement à ce que tente de faire avaler le gouvernement libéral, il n’y a aucune économie à réaliser en augmentant encore la rémunération des médecins. Les milliards annoncés doivent être investis d’urgence en soutien à domicile et en soins de proximité pour tous les Québécois. Dès notre arrivée au pouvoir, nous gèlerons la rémunération des médecins. Nous allons demander le mandat électoral pour ce faire », a-t-il poursuivi.

La prévention

« Nous savons par ailleurs que pour améliorer à long terme la santé des Québécois et économiser des sommes importantes en soins de santé, il faut prendre le virage de la prévention. Notre plan prévoit donc le dépôt d’une ambitieuse politique du sport, du loisir et de l’activité physique, afin de faire de la nation québécoise l’une des plus en forme au monde », a également fait savoir Marc Bourcier.

« Le premier budget de notre gouvernement permettra de réinvestir en soins à domicile, en protection de la jeunesse, en santé publique et pour soutenir les personnes vulnérables. Nos réseaux ont subi des coupes importantes, et nous savons que notre devoir est d’épauler le personnel et les organismes communautaires qui travaillent tous les jours pour aider notre monde », a conclu le député.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.