| Par Rédaction

Les organismes appellent à l’action

Alarmées par l’actuelle hausse des féminicides au Québec, les organisations membres de la Table de concertation sur la violence conjugale et familiale de la MRC de La Rivière-du-Nord et du Nord de Mirabel sont mobilisées pour soutenir la population.

Différents organismes sont en place pour offrir de l’écoute, du soutien et des références, autant aux personnes victimes de violence conjugale qu’aux personnes exerçant des comportements violents. L’ensemble des services offerts sont gratuits et confidentiels. Chaque demande d’aide est traitée sans jugement et dans le respect du rythme de la personne.

La violence conjugale se définit par une série d’actes répétitifs visant à affirmer un pouvoir de domination sur l’autre personne. Elle se produit dans le contexte d’une relation maritale ou amoureuse, et peut se manifester à tous les âges de la vie. Les comportements violents se présentent sous différentes formes, soit la violence verbale, physique, psychologique, sexuelle ou économique. Il arrive que la violence conjugale perdure après la séparation. Dans ce contexte, il s’agit de violence postséparation.

Que vous soyez un témoin, un proche, une personne victime de violence conjugale ou une personne qui se questionne sur ses agissements et s’inquiète de ses comportements, il faut réagir dès maintenant. Que ce soit pour valider vos perceptions, obtenir de l’information sur vos droits, demander du soutien ou de l’hébergement pour sortir d’une situation de violence conjugale, il est important de demander de l’aide afin de parler à un(e) intervenant(e) en toute confidentialité et obtenir le soutien nécessaire.

Des comportements répétitifs et variés parmi les suivants peuvent être considérés comme de la violence conjugale :

• Dévaloriser, insulter, humilier

• Frapper, bousculer

• Faire du chantage, menacer

• Empêcher de dormir

• Isoler

• Hurler, crier près du visage

• Maintenir de longs silences et ignorer la personne victime

• Donner des coups sur le mur, frapper des objets ou les animaux

• Mordre, brûler

• Dénigrer sexuellement, imposer un acte ou des pratiques sexuelles non consentis

• Harceler, intimider

• Contrôler l’argent

• Mettre en péril le budget familial en dépensant de manière excessive

• Mentir, manipuler

• Piquer des crises de colère en public ou dans l’intimité

• Menacer d’enlever les enfants ou de dénoncer à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ)

• Menacer de se suicider, de tuer la victime et les enfants

Où trouver de l’aide

Pour le soutien et l’accompagnement des personnes victimes dans leurs démarches auprès des ressources pouvant les aider et dans l’appareil judiciaire (qu’il y ait eu plaintes ou non aux policiers) :

Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) des Laurentides

450 569-0332

Tél. : 1 800 492-2822

Site : cavac.qc.ca

Rebâtir

Tél. : 1-833-REBÂTIR

Site : rebatir.ca

Pour de l’aide et de l’hébergement aux femmes victimes de violence conjugale et à leur(s) enfant(s) :

SOS Violence conjugale (24/7)

Tél.: 1 800 363-9010

Texto : 438 601-1211

Maison d’Ariane (24/7)

Saint-Jérôme

Tél. : 450 432-9355

Pour les hommes et les adolescent(e)s qui ont des comportements violents :

Association à coeur d’homme

Tél. : 1 877 660-7799

Accroc

Tél. : 450 569-9966

Site : accroc.qc.ca

Pour les jeunes qui vivent des relations amoureuses malsaines :

Tel-jeunes

Tél. : 1 800 263-2266

Texto : 514 600-1002

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.