|

Les commissions scolaires appellent à la mobilisation

Par lpbw

ÉDUCATION. Alors que les consultations particulières et les auditions publiques sur le projet de loi 86 sont en cours à l’Assemblée nationale, les présidents des commissions scolaires des Laurentides appellent à la mobilisation des forces vives de la région afin de préserver une gouvernance scolaire qui favorise l’équité en matière de répartition des ressources en éducation de même que le développement socioéconomique de la région.

En effet, selon le président de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, Jean-Pierre Joubert, «l’adoption intégrale du projet de loi 86 signifierait assurément une perte de pouvoir énorme pour notre région, et ce, au profit d’une centralisation aux mains du gouvernement et de notre Ministre. Selon sa propre volonté, celui-ci pourrait renverser, à tout moment, des décisions prises par les membres du conseil scolaire. Cela pourrait avoir des conséquences importantes sur la répartition des ressources, donc, sur les services que nous offrons et qui répondent aux besoins spécifiques de notre clientèle et reflètent notre réalité régionale». Ce dernier est appuyé par les présidents des Commissions scolaires de Pierre-Neveu, des Laurentides et de la Seigneurie-des-Milles-Îles.

M. Joubert souligne également que la CSRDN a à cœur de répondre aux besoins de la collectivité. Il croit que le risque de dérive ministérielle affaiblirait non seulement la région des Laurentides, mais toutes les régions du Québec».

En réponse aux éléments du projet de loi qui remettent en question le mode de gouvernance actuel, les présidents des commissions scolaires de la région proposent un nouveau modèle qui garantit les acquis actuels tout en faisant davantage de place aux parents et au milieu socioéconomique au sein d’un futur conseil scolaire.

«Nous croyons qu’il s’agit d’une bonification considérable au modèle proposé dans le projet de loi puisqu’il assure à la population, sa voix au chapitre, aux parents, un droit de vote et à la communauté, une présence significative», a poursuivi M. Joubert qui juge inacceptable la volonté du gouvernement d’abandonner les élections scolaires actuelles sous prétexte d’un faible taux de participation de la population.

«Nous croyons que le jumelage des élections scolaires aux élections municipales permettrait de maintenir la seule démocratie représentative qui compte autant d’hommes que de femmes élus. L’adoption du projet de loi 86 viendrait clairement affaiblir notre poids politique en matière d’éducation. C’est pour cette raison que nous lançons un appel à la mobilisation. Il est temps de manifester notre désaccord vis-à-vis le modèle de gouvernance proposé par le gouvernement et de le faire savoir à nos députés et à notre Ministre», a conclu M. Joubert.

Texte: Carole-Anne Jacques

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.