Gilles Trudel, fondateur du Projet Prométhée. (Archives)
|

Le projet Prométhée toujours engagé

Par Guillaume Marchal

Le projet Prométhée aura 25 ans cette année. Le programme de soutien scolaire est fondé en 1998 par Gilles Trudel à la Polyvalente de Saint-Jérôme. Au moment de la création de l’association, l’homme est enseignant. À plus de 80 ans, le retraité est toujours mentor au sein de l’organisme. Une quarantaine de bénévoles aident toute personne en situation de décrochage scolaire.

Depuis 2021, plus de 40 personnes ont été épaulées par le projet Prométhée. L’organisme ne s’adresse pas qu’à la jeunesse. Les adultes voulant se raccrocher aux études peuvent en bénéficier. « Le temps qu’accorde nos compatissants à ces gens, c’est une valeur qui n’est pas monnayable », se réjouit Gilles Trudel. L’association fêtera ses 25 ans lors d’un 5 à 7 en juin 2022. Une nouvelle un peu spéciale devrait être dévoilée lors de cet événement, « mais cela reste une surprise », s’exclame le fondateur.

Écoute active

L’objectif de l’association est d’accompagner des élèves victimes de souffrance psychologique ou en situation de décrochage. Le projet Prométhée est détaché de toute institution, « on intervient en bout de ligne », soutient l’octogénaire.

Basé sur le principe « d’écoute active », chaque bénéficiaire est accompagné par un mentor. Les mentors ont des parcours de vie différents. Pour être sélectionnés, les éducateurs doivent réaliser un entretien avec l’organisme. Leur parcours de vie et compétences sont pris en compte. « On ne cherche pas de profil en particulier. Cependant il faut que la personne dégage quelque chose », affirme Gilles Trudel. Les candidats retenus suivent ensuite une formation sur l’écoute active.

« On essaie d’être une sorte de miroir pour l’humain qu’on a en face de nous. » Une grande partie du travail des bénévoles se fait dans l’écoute de l’autre. « On n’exerce aucune autorité face aux personnes que l’on rencontre. » D’après Gilles Trudel, on ne peut pas changer une personne, « mais on peut l’amener à changer d’elle-même ». Aucune psychologue professionnelle ou conseillère d’orientation ne compose l’assemblée, « on va se référer à ces gens-là qu’en dernière option, si l’on voit que ce n’est plus de notre ressort d’agir », affirme l’ancien enseignant.

Parcours de vie

Il se souvient d’un jeune adulte en situation de décrochage qu’il avait mentoré. « L’homme était dépendant aux drogues. La première thérapie à laquelle il avait participé n’avait rien changé. » Le père du jeune homme meurt d’un cancer. Cela poussera l’endeuillé à effectuer une deuxième thérapie. « Ça a tout bousculé dans sa vie. La deuxième, c’était la bonne. » Soutenu par Gilles Trudel, l’homme rattrape une formation scolaire et arrive à s’insérer dans la vie professionnelle. « Je suis encore en contact avec lui, on ne sait jamais ce que la vie peut offrir. Il faut garder espoir ».

Le projet Prométhée en bref:

• Le projet Prométhée est fondé en 1998 par Gilles Trudel.

• Des mentors écoutent bénévolement des personnes en situation de décrochage scolaire et en souffrance psychologique.

• Le programme s’adresse aussi aux adultes souhaitant reprendre leurs études.

• 42 personnes bénéficient de l’aide de l’association depuis 2021.

• À plus de 80 ans, Gilles Trudel est toujours bénévole au sein du programme.

• Cette année, le projet Prométhée fêtera ses 25 ans.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.