|

La région des Laurentides se place au 4e rang

Par France Poirier

PRUDENCE. Au cours des dix dernières années, 18 personnes ont perdu la vie dans la région des Laurentides, ce qui la positionne au 4e rang parmi les régions comptant le plus lourd bilan de noyades liées à la plaisance.

Les Laurentides comptent de nombreux plans d’eau, dont plusieurs lacs où le nautisme est omniprésent. Cette activité fait donc partie intégrante de la vie des Laurentiens. Afin d’assurer une saison sans drames,ExamenBATEAU prodigue des conseils essentiels qui peuvent sauver des vies.

«Toutes les noyades sont évitables, rappelle Robert Dupel, porte-parole d’ExamenBATEAU et expert en sécurité nautique. Malheureusement, chaque année, des familles sont brisées; pourtant, une bonne préparation et l’application des règles de sécurité auraient pu éviter ces drames. Trop souvent, on se fie à ses capacités de bon nageur, de bon navigateur. On oublie que les facteurs comme la météo, le vent, les marées ou un bris mécanique peuvent rapidement changer les conditions dans lesquelles nous naviguons.»

Cinq conseils essentiels:

1-Se méfier des dangers de l’immersion en eau froide. En ce début de saison nautique, les températures estivales nous font souvent oublier à quel point l’eau demeure encore froide et met beaucoup de temps à se réchauffer. Si vous tombez dans cette eau froide, en 10 minutes à peine, vos muscles vont paralyser. En une heure, vous pouvez perdre conscience ou même perdre la vie.

2-Portez son VFI (vêtement de flottaison individuel) ou gilet de sauvetage en tout temps. Au cours des 10 dernières années, dans 84 % des noyades, les plaisanciers n’avaient pas de VFI ou le portaient incorrectement. Faire du bateau sans VFI est aussi illogique et dangereux que de conduire sa voiture sans boucler sa ceinture de sécurité.

3-Vérifiez que tout l’équipement de sécurité est à bord et qu’il est en bon état et fonctionnel. L’équipement comprend : VFI, pagaie, ancre, sifflet, etc. Cet équipement peut faire toute la différence dans une situation périlleuse. Par exemple, un sifflet ou un dispositif de signalisation sonore peut aider les secours à vous localiser si vous vous retrouvez en panne sèche ou à la dérive.

4-Bannir l’alcool en naviguant autant que l’alcool au volant. Au cours des cinq dernières années, 39 % des plaisanciers qui se sont noyés avaient consommé de l’alcool. Non seulement conduire une embarcation en état d’ivresse est illégal, mais les effets de la consommation d’alcool sont amplifiés sur l’eau. La motricité et le jugement sont rapidement affectés.

5-Mettre ses connaissances à jour. Tous les conducteurs d’embarcation de plaisance à moteur, peu importe la taille de l’embarcation ou la puissance de son moteur, doivent avoir une preuve de compétence à bord. Une fois l’examen réussi sur ExamenBATEAU.com, vous pouvez, chaque année, retourner gratuitement rafraîchir vos connaissances sur les lois en vigueur et consignes de sécurité nautique. Les pagayeurs ont aussi accès gratuitement, en tout temps, au site coursPAGAIE.com, une formation en ligne complète qui leur est destinée.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.