(Photo : Archives)
Julie Daignault, présidente de la FIQ-SPSL
|

La PDG du CISSS est mise en demeure

Par France Poirier

La présidente du syndicat FIQ-SPSL, Julie Daignault, qui représente les professionnelles en soins du CISSS des Laurentides, soit 5 150 membres, a envoyé une mise en demeure à Rosemonde Landry, PDG du CISSS des Laurentides, le 11 février dernier.

Le syndicat demandait à la direction de procéder au paiement de toutes les sommes dues aux professionnels en soins et ce, d’ici le 15 février. Le syndicat représente les professionnels qui exercent la profession d’infirmière, d’infirmière auxiliaire et d’inhalothérapeute qui sont toujours en attente du paiement des primes liées à la COVID.

« Après une longue période de négociations, la convention collective a été signée le 7 octobre 2021, avec entrée en vigueur le 10 octobre 2021, par le Comité patronal de négociation du secteur de la santé et des services sociaux (CPNSSS) et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). Cette convention prévoit notamment des augmentations salariales et certaines primes supplémentaires », peut-on lire sur la mise en demeure.

La convention collective inclut entre autres les conditions de travail ayant les incidences monétaires suivantes : l’augmentation salariale de 2 % applicable au 1er avril 2020; l’augmentation salariale de 2 % applicable au 1er avril 2021; un changement de rangement pour les IPS applicable au 25 janvier 2021; une prime CHSLD applicable au 29 mai 2021; un montant forfaitaire pour les infirmières auxiliaires aux 1er et 2e échelon applicable le 1er avril 2020; une prime d’attraction-rétention pour les quarts de soir (3 %) et de nuit (2 %) applicable au 10 octobre 2021; une prime d’assiduité de fin de semaine (8 %) applicable au 10 octobre 2021.

« De plus, dans cette convention, le gouvernement s’est engagé à ce que les logiciels de paie soient ajustés aux nouvelles modalités négociées dans les 45 jours de la signature de la convention collective, soit le 21 novembre 2021. Ce dernier s’est également engagé à ce que la portion rétroactive des bonifications salariales soit versée dans les 90 jours de la signature de la convention collective, soit le 5 janvier 2022. »

En date du 11 février, au CISSS des Laurentides, les systèmes de paie n’étaient toujours pas totalement ajustés et aucune somme rétroactive n’avait été versée. « Les salariées représentées par le FIQ-SPSL sont ainsi privées des sommes importantes négociées et qui ont pourtant pour but de favoriser l’attraction et la rétention de personnel », explique la présidente Julie Daignault.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.