Le maire Chénier s'est heureux et soulagé par la décision de la Cour Supérieure qui récompense les efforts de ses citoyens.

|

La Cour a donné raison à la Coalition

Par Lpbw

Une décision de la Cour Supérieure rendue ce vendredi 31 janvier par la juge Claudine Roy suspend tout projet de coupe forestière au mont Kaaikop « jusqu’à ce que toutes les études (y) soient réalisées », nous disait quelques minutes après le jugement Claude Alexandre Carpentier, porte-parole de la Coalition pour la préservation du Mont Kaaikop.

Dans un communiqué de cette même Coalition émis le lendemain, on apprenait qu’en plus de délivrer l’injonction interlocutoire, la juge Roy ordonne aux Scieries Crête et Carrière de ne pas entreprendre quelque coupes de bois ou quelque travaux que ce soit dans la zone connue sous l’identification géologique 61-51, en particulier le Chantier Legault, à Sainte-Lucie-des-Laurentides. La magistrate a conclu que le processus de consultation n’avait pas été clair ou ne semblait pas conforme aux dispositions de la loi, que le mécanisme de règlement de différends soulevait des sérieux doutes de partialité et enfin que le contrat et l’autorisation accordés aux scieries ne constituaient pas « une décision du Ministre » en vertu de la loi. Ces critères étaient suffisants pour satisfaire la condition d’apparence de droit et « pesant le préjudice des uns et des autres, le Tribunal conclut que la balance des inconvénients favorise la délivrance de l’injonction interlocutoire. »

Une protection permanente

Dans l’envoi aux médias, le maire lucilois, M. Serge Chénier, s’est dit « heureux et soulagé de cette décision qui récompense nos efforts. » Il s’indigne également de constater que les impôts des citoyens du Québec servent à s’opposer à la volonté des citoyens du milieu et que l’argent des taxes municipales doit être dépensé pour faire valoir nos droits. « J’espère qu’on a enfin compris à Québec, et même en région, que l’acceptabilité sociale du milieu est nécessaire pour la bonne réalisation de tout projet.» Le maire Chénier rappelle qu’il s’est fait élire avec le slogan : « À l’écoute des citoyens ». Il compte ainsi promouvoir le projet d’aire protégée au mont Kaaikop et, avec le soutien du conseil municipal, il a autorisé son service d’urbanisme à enclencher toutes les démarches pour sa réalisation.

De son côté, la directrice générale de la base de plein air L’Interval, Mme Cloée La Rocque, s’est dit « très heureuse de la nouvelle. Les clients de L’Interval peuvent maintenant espérer pouvoir encore profiter d’une montagne vierge et on sera peut-être en mesure d’élargir, d’aménager et même protéger en permanence nos si beaux sentiers. »

Le porte-parole de la Coalition, Claude Alexandre Carpentier, a pour sa part confié « qu’après des mois d’une lutte difficile, nous venons de remporter une étape importante dans ce débat. Mais il nous reste encore beaucoup à faire. Nous regrettons sincèrement qu’il ait fallu la décision éclairée du tribunal pour faire comprendre au gouvernement que la Coalition ne demandait rien d’autre que le respect de la Loi sur le développement durable du territoire forestier et celui de la Loi sur le développement durable. »

Levée de fonds

La Coalition souhaite maintenant que le député de Bertrand, Claude Cousineau, réévalue sa position dans ce dossier et qu’il saisira enfin l’occasion de soutenir ses concitoyens de Sainte-Lucie. Concernant les autorités gouvernementales, particulièrement la Commission des ressources naturelles et du territoire des Laurentides et la direction régionale du ministère des Ressources naturelles, la Coalition espère que les dirigeants de ces autorités vont « cesser leur guéguerre et qu’ils vont s’asseoir avec nous et travailler à trouver des solutions aux manquements et des réponses aux nombreuses interrogations soulevées dans notre mémoire et mises en lumière en Cour Supérieure. »

Dans ses démarches à venir, la Coalition entend également impliquer davantage le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs pour identifier les écosystèmes particuliers et exceptionnels au mont Kaaikop. Les espèces menacées et vulnérables présentes devront aussi être évaluées. Entre-autres, de fortes présomptions existent à l’effet que la grive de Bicknell se trouve au mont Kaaikop, car elle est présente à la montagne Noire, sa voisine dans Lanaudière.

Pour soutenir ses efforts en vue de sauvegarder le mont Kaaikop et ses environs, la Coalition convie la population à une grande marche populaire et pacifique, le samedi 8 février prochain, à partir de la base de plein air L’Interval. La Coalition procédera à une levée de fonds pour garantir sa défense pleine et entière dans le processus juridique à suivre.

Suivez-nous sur Twitter (mediapointdevue), Facebook (Point de vue Laurentides) et You Tube (mediapointdevue).

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.