| Par lpbw

«Jamais plus de dix plaintes par année – Liette St-Hilaire

La protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, déplore, dans un rapport d’enquête rendu public, que les services d’assistance personnelle (alimentation, soins d’hygiène) et d’aide domestique à domicile soient difficilement accessibles. Cette enquête porte sur le volet soutien à domicile à long terme du Programme de soutien à domicile.

Le Protecteur du citoyen a constaté, dans la dernière année, une augmentation importante de plaintes concernant les services de soutien à domicile dispensés par les centres de santé et de services sociaux (CSSS) – mission CLSC, dans la majorité des régions du Québec.

«Nous avons tiré la majorité des nos constats et de nos exemples des quatre régions sociosanitaires où le nombre de plaintes étaient le plus élevées, c’est-à-dire Montréal, Montérégie, Laurentides et Gaspésie-île de la Madeleine,» peut-on lire dans le rapport. Le rapport y constate aussi l’épuisement des proches aidants.

Réaction de Liette St-Hilaire

«En ce qui concerne notre établissement, le CSSS de Saint-Jérôme, on a un budget de 3,5 M$, récurrent, ciblé pour les personnes âgées. Dernièrement, nous étions très heureux de partager cette bonne nouvelle. Je parle en ce qui concerne notre établissement, et je ne suis pas au fait de l’ensemble des régions. La protectrice du citoyen voit les plaintes à la grandeur du Québec. Au niveau de notre établissement, l’année 2011 a été très fructueuse, nous avons reçu la part du lion. Toute la somme va au soutien à domicile et ne servira aucunement pour éponger d’autres services,» assure Liette St-Hilaire, directrice du programme pour personnes en perte d’autonomie du CSSS de Saint-Jérôme.

« Il faut savoir que nous avons à produire une reddition de compte et avons une obligation d’atteindre nos objectifs, d’avoir des résultats et aussi d’optimiser d’augmenter les heures de services directs à la clientèle d’ici 2015, d’être plus efficace, à part le budget de développement. Nous avons une préoccupation d’efficacité efficiente pour réinvestir dans les services à la population,» affirme la directrice des programmes. « On ne peut pas dire qu’on a énormément de plaintes ici reliées au soutien à domicile, jamais plus de dix par année,» termine Liette St-Hilaire.

M. François Therrien, directeur général du CSSS de Saint-Jérôme, n’a pas retourné notre appel.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.