| Par lpbw

Aider de jeunes autistes à s'épanouir

SAINT-JÉRÔME. TC Media a rencontré William, un jeune étudiant de Cap-Jeunesse qui réalise des stages en milieu de travail, soit au Manoir Les Retrouvailles à Saint-Jérôme dans le cadre du mois du trouble du spectre de l’autisme.

Le gérant de la résidence, Garry O’Brien s’implique depuis de nombreuses années auprès des écoles qui offrent des stages en milieu de travail aux jeunes autistes. Père de jumeaux atteints du trouble du spectre de l’autisme, M. O’Brien espère d’ailleurs que de tels services seront offerts à ses enfants lorsqu’ils seront plus âgés. «Je tiens à m’impliquer auprès de ces jeunes et leur offrir de l’aide pour leur avenir», a raconté M. O’Brien qui souligne être en mesure de bien comprendre la réalité de ceux-ci. «Ce n’est pas toujours facile d’avoir des stagiaires autistes puisque certains ont de la difficulté à s’intégrer. Nous nous assurons d’avoir un intervenant qui a le temps de bien les encadrer», a fait savoir le gérant de la résidence.

Avant d’accepter un stagiaire, les intervenants du Manoir Les Retrouvailles s’assurent que les jeunes pourront effectuer la tâche demandée. Dans le cas de William, qui est volubile, son travail auprès du récréologue lui convient bien. «J’organise les activités pour les résidents. Je vais les chercher pour les faire participer aux périodes de loisirs», a mentionné William. Celui-ci se présente à son stage à raison de deux jours par semaine, et ce, depuis le début de l’année scolaire. Il prépare la console Wii, anime le bingo et fait bouger les résidents lors des séances d’exercices. «C’est sympa ici, mais c’est difficile!», a lancé William, 18 ans, bien conscient qu’il ne pourrait faire ce travail à temps plein.

Des interactions intergénérationnelles

Depuis l’ouverture de la résidence, en 2008, la direction soutient de jeunes autistes. Présentement, ce sont trois jeunes issus des programmes de Cap-Jeunesse et du centre Marchand qui occupent différents postes.

«Ça crée un beau mélange entre les générations. Il y a de belles interactions d’autant plus que certains aînés n’ont plus de famille. Il y a un contact direct qui se crée. L’intégration de ces jeunes fait partie de notre philosophie», a ajouté Garry O’Brien.

 

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Les événements à venir

Aucun événement restant pour Août