|

Marco Dispaltro souhaite remporter le Défi sportif

Par lpbw

BOCCIA. Le Jérômien Marco Dispaltro prendra part au Défi sportif AlterGo, une épreuve de niveau mondial, qui lui permettra de se préparer en vue des Jeux paralympiques d’été présentés à Rio de Janeiro au Brésil, en septembre 2016.

Occupant le cinquième rang mondial, Marco est assuré d’une participation aux paralympiques. L’an dernier, il a également obtenu son laissez-passer pour participer aux Jeux en équipe. Avant les paralympiques, Marco rivalisera d’adresse au Défi sportif AlterGo qui aura lieu à Montréal du 25 avril au 1er mai prochain.

Au Championnat du monde, présenté en Chine en mars dernier, l’athlète en boccia n’a pas su performer au meilleur de ses capacités terminant au 17e rang sur un total de 32 participants. «Il s’agit de mon pire classement en carrière. Lors du Défi sportif, je compte bien démontrer que je suis toujours dans la compétition et mettre derrière moi ma mauvaise prestation du Championnat du monde», a indiqué Dispaltro qui croit qu’une victoire au Défi sportif lui ouvrirait la voie vers une saison exceptionnelle.

En sol montréalais, Marco Dispaltro tentera de gravir le titre de champion devant les représentants de dix autres pays. En juin, il se dirigera vers le Portugal où il prendra part au World Open. «Je veux montrer de quel bois je me chauffe aux athlètes européens et que je suis fin prêt pour les Jeux paralympiques!», a-t-il lancé.

Un podium pour objectif

Afin de mettre la main sur une seconde médaille paralympique, Marco s’entraîne de 4 à 5 fois par semaine, à raison de 4 heures par jour. Rappelons qu’en 2012, à Londres, il avait décroché une médaille de bronze dans la compétition en équipe. «Je vise un podium, autant en simple qu’en équipe. Vu mes antécédents ainsi que mes capacités, je considère que ce sont des objectifs tout à fait atteignables», a ajouté l’athlète atteint de dystrophie musculaire de Becker, une maladie dégénérative.

Auprès de la jeunesse

«Il est important de maintenir un mode de vie actif afin de conserver l’état de mes muscles et c’est ce que je veux inculquer aux jeunes. Peu importe notre handicap, il y a quelque chose que nous pouvons faire. Il nous faut de la volonté! En voyageant, j’ai rencontré des athlètes africains avec des jambes de bois et des fauteuils roulants tout raboutés. J’ai vu un Brésilien lancer la balle de boccia avec ses orteils alors qu’il doit être maintenu en position couchée. Il faut trouver un loisir qui nous plaît», a mentionné Marco qui va à la rencontre des jeunes dans les écoles afin de propager comme message l’importance du sport, et ce, même en fauteuil roulant.

Texte: Carole-Anne Jacques

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.