Le gaucher André Lagarde a obtenu en moyenne un retrait sur des prises par manche, en 2018

| Par Luc Robert

André Lagarde: atout gaucher indispensable

Les Cardinaux en séries

Luc Robert, collaboration spéciale
Les Cardinaux de Saint-Jérôme possèdent un atout de taille dans leur équipe de lanceurs en la personne du versatile gaucher André Lagarde, qui peut exceller autant comme partant que releveur.
L’athlète de Pierrefonds et ses coéquipiers accueilleront les Pirates de Saint-Jean, le mardi 4 septembre prochain à 20h, au parc Melançon, dans le cadre du deuxième match éliminatoire d’une série trois de cinq.
«La saison 2018 a été ma première campagne complète dans le senior élite. J’avais lancé un peu avec les Pirates l’an dernier. En 2018, j’ai affronté beaucoup de jeunes joueurs contre qui j’évoluais avant dans le junior élite, avec LaSalle. J’étais un inconnu pour plusieurs autres frappeurs. Disons qu’avec ma mentalité et mon intensité de releveur de fin de match, j’en ai surpris quelques-uns», a lancé en riant l’auteur de 28 retraits au bâton en 27,2 manches lancées avec les Cardinaux.
L’artilleur de 6 pi 3 po et de 210 lb a connu son heure de gloire dans un match contre Thetford Mines, alors qu’il n’a accordé aucun point en 6,2 manches de travail, tout en éventant sept Blue Sox sur des prises.
«Lors de cette partie, mes tirs avaient du mordant, mais le receveur Dario Vincelli a grandement facilité mon travail. Il gardait les frappeurs hors d’équilibre, en me demandant d’espacer mes balles rapides», a décrit celui qui a aussi connu une soirée de trois coups sûrs en trois présences au bâton, le même soir.
«Contrairement à plusieurs lanceurs, j’ai souvent frappé dans le junior élite, car j’évoluais aussi à titre de voltigeur. J’ai eu de bonnes présences à la plaque contre Thetford, en me contentant de faire seulement un bon contact», a repris l’ancien élément des universités McGill et Concordia.

Surprenants Cardinaux

Auteurs d’une fiche de 16 gains contre 18défaites en saison 2018, les Cardinaux ont pris le septième rang du circuit Bélisle, à 9parties de la tête du classement et des Pirates, leurs rivaux actuels en séries.
«Je suis fier de notre club. En début de saison, j’ai entendu les racontars, comme tout le monde, qui soutenaient que nous ne serions pas assez bons, avec tous nos échanges. Nous avons prouvé que nous sommes compétitifs à chaque joute. La LBMQ présente un grand calibre. En fait, c’est une ligue de frappeurs, qui te font payer le moindre mauvais tir. On a déjoué les calculs. Je crois en mes moyens et je vais tout faire pour aider notre cause en séries», a achevé le grand numéro deux, barman dans la vie de tous les jours.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.