|

Trois p’tits cochons en pleine métamorphose

FILM. Sexe, amour et fratrie. C’est autour de ces trois thèmes que se déroule l’histoire des Trois p’tits cochons 2, qui revient sur les tribulations des frères Rémi, Christian et Mathieu neuf ans après avoir été portées sur grand écran pour la première fois par Patrick Huard. Le film est à l’affiche au cinéma du Carrefour du Nord depuis dimanche.

La suite de l’œuvre cinématographique de 2007 porte encore la signature des auteurs Claude Lalonde et Pierre Lamothe, mais est réalisée cette fois par Jean-François Pouliot. En prenant les commandes de la suite du film de Huard, celui-ci a donné un ton nettement plus mature aux histoires de ses trois principaux personnages masculins qui ont tout de même vieilli de quelques années.

On retrouve ainsi Rémi, Christian et Mathieu cinq ans après le décès de leur mère, interprétée précédemment par France Castel. On ne verra donc pas l’actrice dans cette suite, une absence à laquelle s’ajoute celle de Julie Perreault et de Mahée Paiement…et de Claude Legault. Ce dernier est en effet remplacé par Patrice Robitaille dans le rôle de Mathieu.

Les trois frères reviennent donc sur grand écran cinq ans après leurs mésaventures de 2007. Leur destin se dessinera davantage. Après maintes péripéties causées par le libertinage sexuel, l’amour prendra le dessus.

Virage obligatoire

Que vivront les trois frères cette fois-ci? Se sont-ils assagis ? Deux d’entre eux verront leur vie de couple complètement transformée. L’un devra s’ajuster à un nouveau milieu de vie, tandis que l’autre apprendra à assumer sa nature profonde. Quant au troisième, il verra sa vie de couple malmenée pour finalement la voir se renforcer et s’épanouir.

Lesquels? Disons seulement que les noms Isabel Richer et Sophie Prégent figurent encore au générique. Leur jeu est impeccable tout comme celui de Paul Doucet, Guillaume Lemay-Thivierge et Patrice Robitaille.

Le film de Pouliot se veut avant tout un film léger, aussi les scènes à saveur sexuelle reviennent régulièrement. Cet aspect du film pourrait ne rebuter plus d’un, mais elles sont plus drôles que vulgaires. Puis, le développement psychologique des trois frères prend une dimension intéressante, ce qui donne de l’épaisseur à cette production cinématographique estivale.

Les trois personnages masculins sont bien de leur temps. Ils se questionnent sur leur condition d’homme et leur capacité à prendre leur place à côté d’une partenaire affirmée et autonome. Ou sur leur volonté de vivre heureux, quitte à rejeter le modèle traditionnel et le qu’en-dira-t-on.

L’ensemble de la production donne un produit fini de qualité. À la sortie de la projection de presse, dimanche matin, certains étaient d’avis que cette suite était meilleure que sa première mouture.

Les comédiens parcourent actuellement les principales villes du Québec pour présenter le film, qui est à l’affiche des cinémas une bonne partie de l’été.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.