|

Marika Dumoulin Lafond se démarque

Par lpbw

DANSE. Une jeune artiste de Saint-Jérôme, Marika Dumoulin Lafond, présentera pour la première fois F E M, une œuvre chorégraphique dédiée à la femme au Festival Fringe St-Ambroise de Montréal, à six reprises, du 9 au 19 juin prochains.

«Pour ce projet d’exploration axé sur la femme, trois chorégraphes masculins ont été invités à chorégraphier pour trois interprètes féminines, en poussant le concept, la femme en tant qu’être vulnérable, un sujet très puissant», nous explique Marika Dumoulin Lafond. «Chacun d’eux avait un sous-thème, soit la femme-objet, la femme violentée et la femme âgée, dont ils devaient s’inspirer pour créer une œuvre de 15 minutes chacun.» Sur scène, ce seront trois jeunes interprètes féminines, Marika Dumoulin Lafond, Marie-Denise Bettez et Mathilde Gesseaume-Rioux qui performeront.

Se démarquer

«Mon amour de la danse a commencé dans les petites écoles de loisirs de Saint-Jérôme et a grandi pendant mon secondaire à la polyvalente Saint-Jérôme, m’évitant le décrochage et l’échec scolaire», nous confie Marika. «On séchait toujours les cours! Je me suis enfermée dans les studios de danse ce qui m’a tenue, pour ne pas lâcher l’école, à vouloir m’accrocher à un avenir, à une carrière qui me motive. Elle nous parle aussi de "la belle communauté artistique" de la polyvalente.

Finalement, elle passera les trois quarts de son temps après l’école à l’Académie du spectacle. «Je prenais des cours de chants, de danse et de comédie musicale!» Un cheminement qui l’a conduite aujourd’hui au Festival Fringe, un festival qui s’inscrit dans ce qu’elle fait. «Un beau festival pour les arts où il se passe beaucoup de choses.» Et si ce n’est pas la première fois qu’elle y participe, ce sera la première avec sa production. Elle a 27 ans.

Jeune leader artistique

En codirigeant le projet F E M et en l’interprétant sur scène, Marika s’affirme en tant que jeune leader artistique féminine. Et elle est aussi une jeune entrepreneuse et conceptrice souhaitant joindre conscience sociale et danse. Elle a d’ailleurs élaboré un projet d’entreprise, Productions Karat, qui oeuvre dans le milieu corporatif afin d’offrir un service de spectacles de danse professionnels dans les événements. «Il y a beaucoup d’artistes et de moins en moins de compagnies capables d’avoir des subventions récurrentes, donc il faut être entrepreneur c’est une façon de se démarquer et d’avoir des opportunités de travail, sinon il faut beaucoup travailler bénévolement.»

Après un DEC en danse au Cégep, elle a terminé son baccalauréat en danse à l’UQAM en 2013. «Depuis 2013, je travaille un peu à l’envers! Je vais chercher des chorégraphes avec qui j’ai envie de travailler, je fais des commandes chorégraphiques et je choisis les interprètes avec qui j’ai envie d’aller sur la scène», nous explique-t-elle. Pour le projet F E M, Marika s’est associée avec Marie-Denise Bettez. Ces projets vont bien. Cet été, elle aura sept représentations en salles, "des projets de mon propre cru."

F E M, au Studio Jean-Valcourt (Conservatoire d’art dramatique de Montréal), 4750, rue Henri Julien, les 10, 11, 14, 16, 17 et 19 juin. Billets au montrealfringe.ca. Comme le projet est en collaboration avec la Fédération des femmes du Québec, 2$ par billets vendus leur sera versée.

F E M en bref

Un projet de commandes d’œuvre chorégraphique en danse contemporaine initié par Marika Dumoulin Lafond et Marie-Denise Bettez, soutenu par Productions Karat;

Trois interprètes: Marika Dumoulin Lafond, Marie-Denise Bettez et Mathilde Gesseaume-Rioux;

Trois chorégraphes invités: Simon Gélinas-Beauregard, Sébastien Provencher et Emmanuel Jouthe.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.