| Par lpbw

Le curé Labelle achète une toile de la peintre Dominique Beauregard!

ART. C’est après que les beaux-parents d’Antoine Bertrand soient allés voir l’exposition les Stations du curé Labelle de la peintre fabuliste Dominique Beauregard, qu’ils ont adoré, que ce dernier, curieux, après avoir visité le site de l’artiste, a eu un coup de cœur pour ses œuvres, notamment le Toutou de Paris.

«Je suis allé voir sur le site et j’ai eu un coup de cœur pour le Toutou de Paris. Et pour d’autres aussi. Bref, j’aimerais en acheter une. Parce que je les trouve belles et parce que j’ai tant de plaisir à jouer mon gros curé que j’aimerais bien garder un souvenir de lui», lui a-t-il écrit dans un courriel.

On se rappelle que Dominique Beauregard consacre une importante partie de son travail à valoriser la vie et l’œuvre du curé Labelle. On ne sera donc pas surpris d’apprendre qu’Antoine Bertrand, qui incarne le célèbre curé dans la série Les Pays d’en haut est son personnage fétiche. Finalement, vu l’horaire particulièrement chargé du comédien, c’est près de 6 mois plus tard, soit le 12 juin dernier que les étoiles se sont alignées, afin de permettre une rencontre entre les deux artistes liés par la vie et l’œuvre du missionnaire colonisateur.

Un accueil VIP

C’est sur le plateau de tournage de la série qu’ils se sont rencontrés et que le comédien a pris livraison de sa toile. Mme Beauregard fut, par la suite, invitée par le réalisateur Sylvain Archambault à assister au tournage de plusieurs scènes incluant le curé Labelle, Mgr Fabre, incarné par le comédien Pascal Rollin et Séraphin, joué par Vincent Leclerc. La peintre fabuliste nous raconte qu’elle a eu droit à un accueil VIP et fut traitée «comme une reine» sur le plateau. Elle ne tarit pas d’éloges envers le comédien Antoine Bertrand : «Il a cette façon de vous faire sentir spéciale.» Et oui, fidèle à sa réputation, Antoine Bertrand, costumé en curé Labelle pour les besoins du tournage, s’est révélé être un hôte attentionné, sensible et soucieux de faire plaisir à l’artiste adéloise. Quant au réalisateur Sylvain Archambault, il estime que l’artiste «possède un talent unique» et s’est dit honoré de la recevoir sur son plateau.

La spécialiste

Par ailleurs, François Rozon, producteur de la sérieLes Pays d’en haut a rencontré à deux reprises Dominique Beauregard, par l’entremise de Pierre Grignon, détenteur des droits de l’œuvre de son parrain Claude-Henri Grignon, et ce, en raison de sa grande connaissance de la vie et de l’œuvre du curé Labelle. Elle est en effet considérée comme une spécialiste du personnage. L’auteur Gilles Desjardins a également rencontré l’artiste pour les mêmes raisons. Suzie Coutu, habilleuse de la série a aussi fait appel aux connaissances de Mme Beauregard afin d’obtenir des détails sur l’habillement du curé.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.