|

25 ans d’engagement

Par lpbw

25 années à donner des cours de danse-exercice, de mise en forme et de danse contemporaine. Voilà le long engagement qu’a pris Martine Drapeau envers la forme physique et la danse, deux de ses passions.

Dotée d’une formation universitaire de l’U de M et de l’UQAM, Mme Drapeau donne des cours à la Polyvalente (la danse figure parmi les options), en plus d’offrir des cours de divers niveaux, le soir, à des adultes. «Nous sommes deux professeurs à temps plein à préparer des productions. Quand je suis entré à la Polyvalente, j’ai laissé de côté le contemporain, mais je m’amuse tout de même pleinement. Le soir, j’aime les filles et les dames, au point où je m’entraîne avec elles», a-t-elle souligné d’entrée de jeu.

Au cours de sa longue carrière, la sportive de nature a vu les choses changées. Les horaires diversifiés de la population se sont répercutés sur les cours dispensés en groupes. «De nos jours, les tendances sont plus individuelles et les visites au club d’éducation physique selon l’horaire chargé de chacune. Les gens choisissent ce qui leur va et ils n’ont pas toujours 1h30 consécutives à consacrer à la danse-exercice. Il me faut un certain nombre d’inscriptions pour arriver dans mon budget et il y a passablement de culbutes à faire pour y parvenir».

Signe des temps

Dans quelques cas, Mme Drapeau n’a d’autre choix que de jumeler des groupes pour être rentable. «Ça me prend 18 personnes pour arriver. Quand des gens s’inscrivent au niveau 1, c’est pour s’entraîner sans se casser la tête. Au niveau 2, le défi est plus complet et on mise plus sur la coordination. J’ai dû inclure des dames du niveau un aux gens plus avancés. Les personnes y vont à leur rythme, sans trop forcer et se blesser. Pour l’instant, je parviens encore à équilibrer mes classes, mais si le besoin des cours collectifs ne semble plus être là à court terme, je reconsidérerai mon implication. Pourtant, les gens sur place ont tellement de plaisir à faire du social. Tu veux continuer malgré les temps difficiles, car tu sens ton enseignement apprécié», a-t-elle fait valoir.

La Prévostoise possède une renommée dans son domaine. Des gens de Sainte-Sophie, de Saint-Jérôme, de Saint-Sauveur, de Prévost et d’ailleurs assistent à ses classes. «Des fois, je suis invitée à aller ailleurs en province, tant pour la danse que pour la bonne forme. Je reçois tous les genres de monde. J’ai eu des hommes inscrits à mes cours, d’autres gars voulaient que je conçoive des cours juste pour eux. C’est varié et ça me permet de poursuivre mon œuvre. Ce sont les gens qui me motivent», a-t-elle achevé.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.