Éducation : Former de bons citoyens avant de bons employés?

Par Ève Ménard

L’école sert-elle à former de bons employés ou de bons citoyens? Est-elle au service de l’économie ou de l’harmonie collective?Les réponses semblent différer d’une région à l’autre, selon le rôle octroyé à l’éducation. Tour d’horizon d’approches alternatives et modernes à travers le monde.

FINLANDE
Pas de bulletin chiffré avant 13 ans

Dès qu’il est question d’éducation, il est difficile d’ignorer la Finlande, considérée comme un leader en la matière. Le pays scandinave se démarque notamment par la formule qu’il emploie. Depuis les années 70, les écoles privées ont été abolies et tous fréquentent l’école publique afin de favoriser l’égalité des chances. Celle-ci débute à l’âge de 7 ans et est obligatoire pour les 9 années suivantes. Les enfants ne sont pas évalués avant l’âge de 9 ans. Entre 9 et 13 ans, ils sont évalués, mais sans bulletin chiffré qui fait son apparition seulement à l’âge de 13 ans. On priorise ainsi l’enseignement à la compétition. Selon les données recueillies, 99,7% des jeunes achèvent le cursus obligatoire à l’âge de 16 ou 17 ans.

ROYAUME-UNI
Enseigner les relations et la sexualité

Depuis 2020, le curriculum scolaire au Royaume-Uni comprend des cours de relations et de sexualité (Relationships and Sex Education). L’apprentissage débute dès l’école primaire, où on y enseigne uniquement les relations, alors qu’au secondaire, on ajoute le volet de la sexualité. Il est aussi question du consentement et des risques reliés aux médias sociaux et à l’internet, notamment en ce qui a trait à la pornographie et au « sexting ». L’éducation se veut aussi inclusive : dès le primaire, on parle aux élèves de l’existence des familles LGBTQ+.

ITALIE ET NOUVELLE-ZÉLANDE
Incorporer l’enjeu environnemental au curriculum

En 2019, le ministre de l’Éducation italien a annoncé l’intégration dans les programmes scolaires de 33 heures de cours dédiés aux changements climatiques et aux questions environnementales. Il s’agissait du premier pays à inclure de tels enseignements de manière officielle. La Nouvelle-Zélande a suivi l’exemple : depuis l’année 2020, les écoles ont accès à du matériel pédagogique sur la crise climatique, réalisé par des experts. Ces savoirs incluent notamment des outils pour permettre aux élèves de s’investir dans l’activisme ou encore de mieux gérer leur sentiment d’éco-anxiété.

JAPON
Éducation morale

Au Japon, on donne des cours d’éducation morale de l’école élémentaire jusqu’au second degré du secondaire. On apprend notamment aux élèves à bien juger les questions morales et à avoir une conduite adéquate dans l’objectif d’enseigner la bonne citoyenneté. On cultive le jugement, la moralité et l’attitude de l’élève, en plus de faire la promotion de l’harmonie et de la justice, autant à travers les relations qu’envers la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *