Le resto-pub Le Cerbère est situé au 313 rue Saint-Georges au centre-ville de Saint-Jérôme.

| Par France Poirier

« Une triste situation pour nos entreprises » – Sylvie Chartrand

À la suite du point de presse du premier ministre François Legault et du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, annonçant le programme d’aidepour les entreprises touchées par des fermetures, la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Jérôme métropolitain, Sylvie Chartrand, s’est tout de même dite inquiète de la situation.

« L’aide annoncée c’est bien, mais c’est un pansement sur un gros bobo. Certaines entreprises n’auront pas les reins assez solides pour continuer, parce qu’elles trainaient déjà de la patte. Un prêt reste un prêt et si on ne fait pas de bénéfices, on ne pourra pas continuer et c’est bien difficile de rembourser », explique Madame Chartrand.

 

 

Remises en question

Selon la présidente de la Chambre, certaines entreprises devront se questionner à savoir si leur secteur d’activités est encore viable dans les circonstances actuelles.

« On ne sait pas combien de temps ça va durer cette crise, ce n’est pas juste ici ni juste dans la MRC de La Rivière-du-Nord ni juste au Québec, c’est mondial et pour certains commerces, il y aura de gros questionnements ».

Préoccupant comme situation

« La situation est extrêmement préoccupante et nous sommes chanceux avec la Ville de Saint-Jérôme et le Plan de relance 2022. Nous avons déjà eu des rencontres avec les commerçants pour savoir com-ment on peut relancer les entreprises. On cherche des moyens de relance de ce secteur d’économie dans la région, la restauration, les bars, les salles de spectacle », ajoute-t-elle.

Selon elle, pour tous les petits commerçants qui ont pignon sur rue actuellement, la situation est très difficile. « On craint la fermeture de commerces. On continue d’apprendre autant sur le virus et on cherche des moyens de le contrer. Est-ce qu’on va devoir tout fermer encore ? »

On se souvient qu’en mai dernier, la présidente de la Chambre accueillait avec joie la rouverture des commerces qui avaient été fermés en mars. « Les commerçants ont investi beaucoup pour se sou-mettre aux règles de la Santé publique et de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), alors cette deuxième fermeture est un dur coup ».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.