|

Une réorganisation au détriment de la réussite des élèves

Par lpbw

ÉDUCATION. La Commission scolaire de la Rivière-du-Nord (CSRDN) considère que le projet de loi 86 du ministre François Blais va nuire à l’instruction publique et à la réussite des élèves.

Pour Jean-Pierre Joubert, président de la CSRDN, le ministre se targue de vouloir éliminer les élus scolaires, le seul palier démocratique entièrement voué à l’éducation pour rapprocher l’école des lieux de décision. Cependant, son projet de loi est peu orienté vers la réussite des élèves.

Rappelons que le 4 décembre dernier, lors de la toute dernière journée de la session parlementaire, le ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, M. François Blais, déposait le projet de loi 86 modifiant la Loi sur l’instruction publique en mettant à l’avant-scène l’organisation et la gouvernance des commissions scolaires.

Les conseils scolaires prévus au projet de loi seront notamment composés de parents, de membres du personnel de la commission scolaire, de membres de la communauté, dont certains désignés par le ministre.

«Fait intéressant, le conseil des commissaires compte actuellement sept parents, dont quatre nommés par le comité de parents. De plus, nous pouvons compter sur un représentant issu du monde municipal, cinq acteurs provenant des milieux économiques et communautaires, un ex-directeur d’école, une enseignante membre du comité consultatif des parents d’enfants handicapés ou présentant des difficultés d’adaptation ou d’apprentissage, un membre issu du milieu des arts et deux ex-syndicalistes provenant de l’enseignement et du monde du travail. La composition de notre conseil des commissaires respecte déjà les principes de base des conseils scolaires prévus au projet de loi 86», a assuré M. Joubert.

Ce dernier ajoute que les avantages liés au modèle actuel viennent, entre autres, du fait que les élus sont redevables à l’ensemble de la population du territoire. Comme chaque commissaire représente une circonscription, les intérêts de toutes les écoles sont pris en compte dans le processus décisionnel, et ce, selon une prémisse stricte d’équité.

«Ce principe d’équité risque de disparaître à la mise en place des conseils scolaires puisque chacun voudra ce qu’il y a de mieux pour son école ou son école de quartier, aux dépens de l’ensemble des écoles du territoire», a souligné le président de la CSRDN.

Ce projet ne donne pas plus de pouvoirs aux citoyens. Par contre, il accroît de façon significative ceux du ministre qui s’octroie de plus en plus de droits de réserve quant aux contraintes qui pourront être imposées à la commission scolaire.

«Saura-t-il tenir compte des besoins spécifiques de notre clientèle ou des réalités régionales, dont certaines contribuent au développement économique et social de nos communautés?», se questionne M. Joubert qui soutient qu’il est légitime d’en douter.

Rappelons que le projet de loi 86 sera débattu en commission parlementaire entre le 28 janvier et le 23 février. Dans cette perspective, la CSRDN souhaite, minimalement, qu’un regroupement de commissions scolaires par région puisse être entendu lors de ces consultations particulières.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.