| Par lpbw

Une Prévostoise propose une alternative aux résidences privées

PROJET. Une dame de Prévost souhaite instaurer le cohabitat dans sa municipalité, un modèle en vogue à travers la planète.

Pour Michèle Guay, il s’agit d’une belle alternative aux résidences privées pour les 50 ans et plus.

«D’ordinaire, les promoteurs achètent des terrains et construisent puis vendent ensuite. Le cohabitat, lui, commence par les gens et se bâtit ensuite», indique celle qui s’informe sur le sujet depuis un an et demi.

Selon certaines définitions qu’on y trouve sur le web, le cohabitat est une forme de communauté intentionnelle qui réunit quelques familles, ménages et habitants ayant décidé de mettre en commun leurs ressources pour concevoir, réaliser et financer ensemble leur logement.

«Ça ressemble à un village de petites maisons, sauf qu’on ne part pas avec les maisons ni le terrain, on part avec les gens», résume la femme de 75 ans qui ajoute que ce modèle est généralement mis sur pied sous la forme d’une coopérative.

La Prévostoise rapporte que le cohabitat existe depuis 40 ans au Danemark et qu’il y en a une centaine aux États-Unis. Ce modèle est également présent à Québec et à Brossard ainsi que dans quelques provinces canadiennes, note-t-elle.

«C’est un modèle très novateur. Un beau modèle qu’on peut laisser en héritage».

Nouvelle façon de faire

Celle-ci remarque que bien que plusieurs aînés quittent leur maison pour aller vivre en condo. Elle note toutefois que pour certaines personnes la résidence privée demeure la seule option.

«La perspective d’avoir une personne qui décide pour moi et qui me vend avec une marge de profits des services dont je n’ai peut-être pas besoin ne m’enthousiasme pas. Je pense que l’on peut inventer de nouvelles façons de faire».

Selon elle, il faut d’abord former un groupe de gens intéressés et travailler par la suite à la vie de groupe (communication interne, mode de gouvernance).

«Ensuite, on peut parler architecture, promoteur, terrain et financement», mentionne celle qui cherche à sortir la population de l’individualisme.

Mme Guay tiendra une séance d’information le 25 octobre prochain à la Gare de Prévost de 16 h à 18 h afin d’intéresser le plus de gens à son projet pour les 50 ans et plus.  

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.