|

Une œuvre d’art de Jean-Sébastien Denis à l’UQO | Campus de Saint-Jérôme

Par Lpbw

L’Université du Québec en Outaouais (UQO) a dévoilé aujourd’hui (16 mars)une œuvre d’art réalisée par l’artiste Jean-Sébastien Denis qui orne dorénavant l’atrium du campus de Saint-Jérôme.

L’octroi d’une subvention de 193 500 $ MELS a permis l’acquisition de l’œuvre d’art .

Valoriser la culture et les arts

L’œuvre est constituée de huit panneaux mesurant chacun 2 m de haut par 3,05 m de large, répartis sur les deux murs de l’atrium, en groupe de quatre panneaux qui s’échafaudent et forment deux bandes verticales. Cette peinture monumentale est réalisée à l’acrylique sur papier marouflé sur une toile de coton brute, elle-même montée sur un contreplaqué de cadre de bois. « Je me réjouis de cette contribution additionnelle du gouvernement du Québec à la présence de l’UQO dans les Laurentides, une contribution qui s’inscrit bien dans la volonté institutionnelle de valoriser la culture et les arts sous toutes leurs formes », a souligné le recteur de l’UQO, monsieur Jean Vaillancourt.

Rappelons que l’acquisition de cette œuvre d’art n’aurait pas été possible sans l’intervention citoyenne de l’artiste verrier de Saint-Jérôme, Caroline Hébert. Le pavillon universitaire a en effet été réalisé en partenariat public privé (PPP) .À l’origine la loi du 1 % ne s’appliquait pas. Finalement, après avoir sonné le cri d’alarme et interpellé les politiques, la réalisation de l’œuvre d’art fut finalement annoncée par la ministre Courchesne lors de l’inauguration du campus.

Ascension

Intitulée Ascension, l’œuvre évoque le cheminement académique ou un livre ouvert à la recherche et l’innovation. « Inspirée par la géographie du lieu, l’œuvre tire parti de la verticalité de l’espace afin de créer une composition, le mouvement ascendant se complexifiant en hauteur. Le regard des passants sera amené à suivre ce parcours qui évoque l’élaboration de la pensée faite d’associations et d’accumulations; les idées qui s’échafaudent et se complexifient au fil des expériences », explique Jean-Sébastien Denis.

Anamorphose

La démarche picturale de Jean-Sébastien Denis émerge d’une réflexion sur le mouvement et l’instabilité des choses qui nous entourent. Ses tableaux sont conçus comme des laboratoires qui prennent forme dans un processus de transformation. Cette œuvre utilise le procédé de l’anamorphose, une particularité étonnante de la perspective. Les principales utilisations modernes de l’anamorphose interviennent dans le domaine du trompe-l’oeil Elles consistent à peindre d’une façon déformée et calculée une image qui se reconstituera, vue d’un point de vue préétabli, et donnera à la peinture murale une impression de relief et donc de réalité spatiale. À découvrir.

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/Journallenord) et Twitter (@JournalLeNord)

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.