| Par lpbw

Une histoire de succès pour Deux gars dans l'pétrin

ÉMISSION. La boulangerie artisanale de Saint-Jérôme Deux gars dans l’pétrin sera en vedette dans l’émission Histoire de succès diffusée sur les ondes de Vtélé le 31 mars.

Dans le cadre de ce magazine, le propriétaire de l’entreprise, Lionel Ducreau, participe à une table ronde avec deux autres entrepreneurs de différents milieux. Des images de sa boulangerie et de ses différents produits seront diffusées. «C’est une belle visibilité pour le commerce», lance l’homme d’affaires qui a ouvert son entreprise il y a trois ans.

C’est une employée de Communication Nouvelle Vision, productrice de l’émission, qui a remarqué la qualité des produits de la boulangerie lors du marché public de Saint-Jérôme l’été dernier. «Elle est venue me solliciter pour participer à l’émission. J’ai été flatté», mentionne le français d’origine.

Une première année à oublier

Dès l’achat de cette ancienne pâtisserie sur la rue Labelle, il a eu un conflit avec ses associés français qui n’ont finalement jamais été impliqués dans la boulangerie. Le boulanger a ensuite eu un bris mécanique avec le four qui a nécessité 15 000 $ de réparation et le congélateur a dû être jeté.

«Un moment donné, j’étais assis sur le four et ma blonde m’a vu brailler. Je réparais quelque chose et une autre chose brisait. La première année a été dure pour le moral et le mental», raconte ce fils de boulanger qui a quitté la France à l’âge de 30 ans.

Ce dernier confie que l’idée d’abandonner lui a effleuré l’esprit. «J’ai une tête de mule et je n’ai pas voulu lâcher». Son entêtement a été payant puisqu’en cette troisième année les affaires vont plutôt bien pour la boulangerie qui a remporté le prix Coup de cœur au dernier Gala des Zénith de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Jérôme. «Maintenant on respire. Nous sommes vraiment fiers. Nous avons une belle clientèle, les gens apprécient nos produits artisanaux».

Plus de diversité

Lorsqu’il en a l’occasion, Lionel Ducreau n’hésite pas à faire valoir ses idées pour améliorer le centre-ville jérômien. L’entrepreneur croit que les commerces devraient être plus diversifiés. Celui-ci constate qu’il y a beaucoup de restaurants, de bars et de boutiques érotiques, mais peu de boutiques de vêtements et de chaussures.

«Beaucoup de Montréalais viennent s’établir à Saint-Jérôme et ils veulent retrouver ce qu’il y a à Montréal, soit des commerces de quartier, des bistros, des boulangeries et des épiceries fines, par exemple. Il faut que les gens découvrent qu’à Saint-Jérôme, on offre une diversité de commerces, pas forcément de grosses enseignes», poursuit celui qui dit appuyer l’administration du maire Stéphane Maher dans la revitalisation du centre-ville.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.