|

Une campagne de sociofinancement fructueuse

Par lpbw

PROJET.Depuis quelques jours, une entreprise de montres en bois de Saint-Jérôme fait beaucoup parler d’elle grâce à sa campagne de sociofinancement qui connaît un retentissant succès.

Le 11 avril dernier, le propriétaire de Koniferwatch, Max Clément, a lancé cette campagne sur la plateforme Kickstarter pour financer la production de la collection de montres Karbon. L’homme d’affaires ne cache pas qu’il s’agissait également d’une opération marketing. «Nous voulions avoir une visibilité mondiale et faire connaître Koniferwatch aux Américains, parce que Kickstarter est très fort aux États-Unis», explique celui qui achète ses produits en Asie pour ensuite créer le design.

M. Clément peut dire mission accomplie puisque sa campagne, qui se termine le 16 mai prochain, a largement dépassé ses attentes. Son objectif de 15 000$ a été atteint dès la première journée et il vise maintenant un montant de 150 000$, soit 1000 % de plus.

«Nous avons amassé 66 000$ et il reste encore 19 jours. Notre projet est financé à 440 %», a indiqué le propriétaire lors d’un entretien avec TC Media, mercredi.

Les 100 premières montres se sont vendues à 119$ sur Kickstarter. Ensuite, le prix monte de 10$ à chaque 100 produits vendus. Les montres sont actuellement à 159$, un montant qui représente 50 % de sa valeur sur le marché (295 $). Les montres ne sont pas encore produites et les acheteurs recevront leur achat en septembre prochain.

Une bonne préparation

Le succès de cette campagne tient beaucoup à la préparation, croit l’entrepreneur de 39 ans. «Nous avons travaillé fort. Notre équipe web à Trois-Rivières a travaillé au niveau du référencement, elle a approché des blogueurs. Tout a été prévu pour que la journée du départ les collaborateurs que nous avons approchés parlent de nous», explique-t-il.

Le fait que son entreprise commence à faire sa place dans le marché québécois et même ailleurs au Canada a également aidé. «Nous ne sommes pas inconnus. Nous avons un bon marché. Nous sommes connus des Québécois et un peu au Canada anglais. Les gens se rendent compte que nous sommes une entreprise sérieuse et que nous avons plusieurs détaillants. Ça les sécurise sur l’argent qu’ils dépensent». Un fait indéniable: son produit attire les clients, note-t-il. «J’ai créé un produit unique avec un look actuel».

Le succès de cette campagne pourrait le convaincre de répéter l’expérience dans le futur.

Une passion pour le bois

Après avoir été agent immobilier et vendeurs d’instruments de musique sur eBay, Max Clément a lancé son entreprise en janvier 2013. «J’ai tout le temps eu une passion pour le bois. J’ai vu le jour dans le bois à Saint-Alexis-des-Monts en Mauricie. Mon père était mesureur forestier alors que mes deux grands-pères étaient entrepreneurs forestiers. Toute ma famille a travaillé dans le bois», raconte-t-il. C’est ainsi qu’il a jumelé ses passions pour le bois et les montres afin de créer Koniferwatch.

Depuis ce temps, ses produits sont vendus dans une centaine de commerces au Québec, dont Sports Experts et la boutique Night Vibe à Saint-Jérôme. «Nous connaissons une progression fulgurante. Chaque année, nos ventes augmentent de 50 à 75 %», affirme celui qui dit vendre 60 % de ses produits sur Internet.

En plus de ses 21 modèles de montres, M. Clément, qui fait affaire avec un horloger de Sainte-Adèle, vend des ceintures, des joncs et des lunettes soleil en bois. L’homme d’affaires a une conscience environnementale puisque pour chaque produit Konifer vendu, un arbre est planté.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.