| Par France Poirier

Un chantier-laboratoire à Prévost

La Ville de Prévost et l’École de technologie supérieure (ÉTS) ont créé un chantier-laboratoire. Celui-ci a pour but de réutiliser à 100 % des matériaux existants de la chaussée. Les travaux ont débuté pour la réfection d’une portion du chemin du Lac-Écho.

Cette première dans une ville a pour but de réduire le coût des travaux et l’empreinte environnementale. La Ville de Prévost s’est associée à l’ÉTS pour réaliser les travaux de réfection du chemin du Lac-Écho, dans le cadre d’une collaboration innovante. Ce projet permettra de développer les connaissances et les méthodes entourant une technique de réhabilitation de la chaussée. Cette technique mise sur la réutilisation de 100 % des matériaux existants et pouvant résister à nos conditions climatiques.

Les travaux de réfection de la chaussée sont effectués entre les rues Forget et Joseph, du 27 juin au 26 août. L’intervention de l’ÉTS sur ce chantier-laboratoire a été planifiée de manière à ne pas allonger la durée des travaux, tant pour les usagers que pour les résidents.

Bénéfices économiques et environnementaux

La Ville de Prévost voulait diminuer son empreinte environnementale en réduisant le recours aux ressources énergétiques et aux matières premières. Ce processus d’entretien des chaussées répond à une volonté de la Ville. Ainsi, comparativement à une réhabilitation de chaussée traditionnelle, cette technique devrait permettre de réduire les coûts associés à ce type de travaux.

Selon le chercheur Éric Lachance-Tremblay, du Département de génie de la construction de l’ÉTS, cette technique devrait allonger la durée de vie de la chaussée d’au moins 15 ans. « Il s’agit d’un gain significatif comparativement aux techniques conventionnelles qui sont actuellement utilisées au Québec », explique le chercheur.

« Nous sommes très fiers d’amorcer cette précieuse collaboration d’une durée de quatre ans avec la Ville de Prévost. Cette initiative prolongée nous permettra d’améliorer notre compréhension de cette technique de réhabilitation de la chaussée, dans un environnement représentatif des conditions climatiques du Québec. De son côté, Prévost aura accès à des données qui lui offriront une connaissance approfondie de l’état de son réseau routier », conclut Éric Lachance-Tremblay, ingénieur, Ph. D., professeur et chercheur principal à l’ÉTS.

Première ville à permettre cette collaboration 

« Prévost devient la toute première ville au Québec à permettre une collaboration universitaire pour étudier ses chantiers. En plus de représenter une solution davantage respectueuse de l’environnement et plus économique pour ses citoyens, ce partenariat avec l’ÉTS nous permettra également de bénéficier de routes plus durables pour affronter les changements climatiques et de faire de notre ville un modèle à suivre en matière d’innovation et de recherche. Nous nous engageons par ailleurs à tenir informés les citoyens de Prévost tout au long du processus et de partager les résultats de ce projet avec le public », déclare Paul Germain, maire de Prévost.

« Afin d’évaluer avec précision les bénéfices de cette technique, nous procéderons à un suivi rigoureux de chaque phase de réhabilitation de la chaussée et nous dresserons ensuite un portrait complet du gain structural engendré par les travaux de retraitement. Les données récoltées nous permettront de mieux comprendre l’évolution des propriétés des matériaux dans le temps. Nous pourrons ainsi planifier les chantiers à venir, tout en contribuant à faire évoluer les meilleures pratiques dans le domaine », ajoute Éric Boivin, ingénieur et directeur de l’ingénierie de la Ville de Prévost.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Les événements à venir

Aucun événement restant pour Août