Lisette Finardi, Marlène Bérubé et Annie Bélanger, respectivement cuisinière, coordonnatrice de la cuisine de transformation, et directrice générale chez Moisson Laurentides; Marc Bourcier, maire de Saint-Jérôme; et Francis Bergeron St-Onge et Laury-Ann Brissette, coordonnateur et technicienne en loisirs à la Ville de Saint-Jérôme. (Photo : André Bernier)
|

Un camp de jour unique pour aider les familles

Par France Poirier

Le camp de jour communautaire accueille une cinquantaine de jeunes qui vivent dans un contexte de vulnérabilité. Ainsi, des jeunes de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) ou provenant de milieux plus défavorisés ont eu la chance de vivre différentes expériences durant l’été. 

Les jeunes sont référés par des intervenants du milieu communautaire qui suivent leurs familles durant l’année. Ainsi, ces jeunes de 5 à 12 ans peuvent jouir d’activités qui n’auraient pas été possibles sans ce camp. Ils sont référés par la DPJ, le CLSC, des groupes communautaires ou les écoles. 
« On reçoit au cours de l’été une soixantaine de jeunes. De 40 à 50 sont présents par semaine. La majorité viennent tout l’été et d’autres pour quelques semaines. Le camp a lieu aux écoles Mariboisé et La Fourmilière, » nous explique Francis Bergeron St-Onge, coordonnateur aux loisirs de la Ville de Saint-Jérôme.

La directrice générale de Moisson Laurentides, Annie Bélanger, nous parle de l’implication avec le camp communautaire. 

« L’an passé, on avait participé avec différents camps de jour. On a un programme de collation depuis plusieurs années grâce à une subvention. L’année dernière, on a fourni la nourriture pour que les moniteurs cuisinent avec les jeunes. Maintenant, comme nous avons un service de plats préparés, un projet pilote qu’on a mis en place, on a pu fournir des repas tout l’été aux jeunes du camp communautaire. Nous sommes très fiers. C’étaient des recettes santé et on a pu faire découvrir de nouveaux mets aux jeunes. Ç’a été très apprécié. »

La Ville de Saint-Jérôme a tenu à souligner l’apport important de l’organisme. « Moisson Laurentides a su innover de façon phénoménale cet été en planifiant, en cuisinant et en servant de merveilleux repas à la clientèle du camp de jour. L’équipe a relevé de nombreux défis, comme celui de respecter les bonnes portions, de doubler ou de tripler les recettes en fonction des ingrédients, de gérer l’inventaire, d’indiquer tous les ingrédients de chaque repas pour prévenir les réactions allergiques, et d’assurer la préservation saine des aliments, le tout en assurant la plus complète salubrité. C’est tout simplement fantastique! », a déclaré le maire Marc Bourcier.

« Cette époustouflante réussite démontre bien la qualité et la grande capacité d’adaptation de Moisson Laurentides, mais aussi de la majorité des organismes qui œuvrent sur le territoire jérômien. J’invite d’ailleurs tous les organismes qui ont envie de collaborer à ce type d’initiative à nous contacter. Ensemble, nous arrivons vraiment à changer en mieux le quotidien de nos concitoyens! Je souhaite également remercier les employés de la Ville qui ont consacré de nombreux efforts au succès de ce projet ayant permis à une cinquantaine d’enfants de découvrir toute la saveur de la diversité alimentaire », a conclu M. Bourcier.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.