Ils étaient nombreux les travailleurs de la santé à se mêler aux autres employés de la fonction publique
|

Solidaires, les gens de la santé

GRÈVE. Pas possible, pour les syndiqués de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme, de bouger et de défiler dans la ville comme les autres manifestants. «On a le droit de faire du piquetage pendant 42 minutes dans notre journée, mais le reste du temps, il faut être au boulot, à cause de la Loi sur les services essentiels!» expliquait Chantale Daoust, présidente locale de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de Saint-Jérôme.

Solidaires envers les autres employés du secteur public, avec qui ils ont décidé de faire front commun en cette journée de grève, les employés du secteur de la santé le sont aussi envers les usagers du système de santé. «Il est bien important que les gens comprennent que nos revendications visent avant tout à préserver la qualité des services offerts à la population,» expliquait Caroline L. Simoneau, responsable politique du syndicat de l’APTS des Laurentides. «Il n’y a pas que nos salaires qui nous importent. Ce sont les fermetures de postes, les coupures de services: on est vraiment inquiets.»

Pancartes à la main, les syndiqués interpellent les automobilistes, qui les klaxonnent joyeusement en retour. «On sent beaucoup le support de la population,» dit Lise, commis de bureau à l’Hôpital. «On espère que ça va faire bouger les choses, car nos salaires sont gelés depuis trop longtemps. Pour ma part, mon salaire est pitoyable,» confie-elle. «J’en arrache. Il y a trop d’inégalités entre les salaires du public et du privé.»

Rien n’est là pour rassurer les travailleurs, avec la dernière offre patronale. «Ce qu’ils nous offrent revient grosso modo au même que leur première offre» dit Caroline L. Simoneau. «Oui, on veut en arriver à une entente négociée, mais pas à n’importe quel prix.» Membres de l’APTS, de la CSN, de la CSQ, du Syndicat du Centre jeunesse des Laurentides; syndiqués du Centre du Flores, de l’Hôpital Laurentien ou du CRDP Le Bouclier: ils étaient nombreux les travailleurs de la santé à se mêler aux autres employés de la fonction publique, en cette journée de grève nationale.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.