|

Pénurie de main-d’oeuvre : La réponse des candidats (Saint-Jérôme)

Par Rédaction

À peine remis de la pandémie, les employeurs font maintenant face à un autre défi de taille: la pénurie de main-d’œuvre. Certaines entreprises des Laurentides doivent hausser les salaires pour attirer la main-d’œuvre, d’autres font venir leurs employés par autobus de Montréal et des restaurateurs réduisent leurs heures d’ouverture ou se tournent vers l’intelligence artificielle. De votre côté, quelles solutions leur proposez-vous? 

Youri Chassin.

Youri Chassin.

Youri Chassin : Candidat pour la Coalition avenir Québec

La pandémie a exacerbé la pénurie de main-d’œuvre que connaissent les entreprises d’ici. Le ministre Jean Boulet a d’ailleurs déployé des moyens sans précédent pour y faire face : 3,9 G$ pour l’Opération main-d’œuvre.

À la grandeur du Québec, l’aide sociale compte 92 000 bénéficiaires de moins grâce à nos mesures et à la vigueur du marché de l’emploi, une grande réussite! On encourage les jeunes à persévérer dans leurs études et le gouvernement offre des bourses pour des domaines d’étude en forte demande.

L’immigration est maintenant mieux arrimée aux besoins du marché du travail. Le recrutement de 1000 infirmières à l’étranger pouvant bénéficier d’une reconnaissance de leurs compétences permet de mieux répondre aux besoins de santé des Québécois. En effet, la pénurie de main-d’œuvre touche non seulement les entreprises, mais aussi les réseaux publics de santé et d’éducation où les conditions de travail ont été rehaussées.

Le gouvernement s’assure de limiter les effets négatifs tout en soulignant que les entreprises doivent aussi s’adapter par de meilleures conditions d’emploi et en misant sur la productivité et l’automatisation. N’oublions pas que la pénurie de main-d’œuvre entraîne aussi des augmentations de salaire et récompense les employeurs qui prennent soin de leurs employés.

Maxime Clermont.

Maxime Clermont.

Maxime Clermont : Candidat pour le Parti conservateur du Québec

Pour traiter un problème il faut en connaître les causes, or, ce qui est frappant dans cette campagne, c’est que si tous les partis s’entendent pour dire qu’il y a une pénurie de main d’œuvre, il n’y a que le parti conservateur qui évoque son origine. Le fait est qu’aujourd’hui la Suède ne fait pas face à cette situation parce qu’elle a fait confiance à ses citoyens de prendre les bonnes décisions pour se protéger pendant la pandémie. Au Québec, le gouvernement a cédé à l’infantilisme et ce sont ses confinements qui ont découragé la population active de participer au marché du travail.

Le fait d’avoir soutenu financièrement les travailleurs en congé forcé a contribué à aggraver la situation, mais comme en atteste l’explosion des cas de maladies mentales, c’est surtout l’autoritarisme des mesures sanitaires qui explique la pénurie de main d’œuvre actuelle.

L’augmentation des salaires fait partie de la solution, mais le plus important est de ramener les taxes sur la masse salariale à la moyenne canadienne et d’offrir aux ainés un crédit d’impôt au prolongement de carrière. Notre programme propose à cet effet un crédit de $1500 à $5000 pour les 60 à 65 ans et plus.

Sandrine Michon.

Sandrine Michon.

Sandrine Michon : Candidate pour le Parti québécois

Le Parti Québécois veut convaincre les 60 ans et plus de réintégrer le marché du travail, en leur proposant différentes mesures.

– La première mesure vise à donner un rabais d’imposition de 15% du taux en vigueur sur les derniers 35 000$ déclarés en revenus, sans pénalité sur les rentes et pensions, jusqu’à un revenu annuel maximal de 80 000$. Autrement dit, les 15 000 premiers dollars ne sont pas imposés et les 35 000 suivants seront nettement moins imposés. Ce qui rend très intéressant les 50 000 premiers dollars de revenus, du point de vue fiscal. Il s’agirait également d’un gros incitatif fiscal à revenir ou rester au travail pour ceux qui gagnent entre 50 000 et 80 000$ par année.
– La deuxième mesure vise à permettre l’arrêt des cotisations à la Régie des rentes du Québec pour les 65 ans et plus. L’objectif avec ces mesures est de ramener 150 000 travailleurs expérimentés à l’emploi d’ici 2030. Cela permettra d’enrichir les aînés et d’aider les entreprises à recruter des employés.

Ces mesures pourraient se faire à coût nul, selon la popularité de la mesure auprès des aînés.

Marc-Olivier Neveu.

Marc-Olivier Neveu.

Marc-Olivier Neveu : Candidat pour Québec solidaire 

Devant la relance post-covid ainsi que l’augmentation de la population dans la région, nos entrepreneurs font face à plusieurs défis.

Québec solidaire agira sur plusieurs fronts pour soutenir l’entreprenariat face à la pénurie de main d’œuvre. D’abord par une meilleure reconnaissance des diplômes étrangers, ce qui facilitera le recrutement dans plusieurs domaines spécifiques.

Également, par l’ajout de nouveaux programmes d’études dans la région. L’UQO et le Cégep de Saint-Jérôme notamment font un excellent travail en ce sens. De nouveaux programmes s’y développent et plusieurs défis face à leur croissance sont présents dans ce contexte. Comme député de Saint-Jérôme, je soutiendrai nos institutions d’enseignement supérieures dans leur croissance.

Nous souhaitons également rendre les conditions de travail plus actuelles, notamment par un salaire minimum de 18$/heure, ce qui facilitera le recrutement à court et moyen terme. Une aide financière sera mise en place aux PME, commerces et aux organismes par les revenus additionnels de l’État avec cette mesure.

La pénurie de main-d’œuvre frappe également nos services publics, notamment en santé. Nous travaillerons à mettre fin au temps supplémentaire obligatoire (TSO), qui est l’une des principales problématiques pour le recrutement et la rétention de personnel dans notre réseau public de la santé.

Martin Plante.

Martin Plante.

Martin Plante : Candidat pour le Parti libéral du Québec 

Au cours des dernières semaines, j’ai rencontré plusieurs entreprises dans la circonscription de St-Jérôme et la plupart d’entre eux m’ont mentionné à quel point la pénurie de main-d’œuvre était un enjeu important pour les entreprises. Il n’y a pas un secteur d’activité qui n’ait pas touché par cet enjeu. Au Parti libéral du Québec, nous croyons qu’il faut agir sur tous les axes : qu’il s’agisse de ramener des travailleurs expérimentés sur le marché du travail ou les jeunes familles qui doivent trouver une garderie avant de penser à retourner au travail.

Je m’engage à travailler et développer avec les acteurs locaux une stratégie d’interventions qui comprendrait entre autres les actions suivantes : renforcer les efforts de numérisation, d’automatisation et de transition verte des entreprises. Nous devons le faire notamment dans les entreprises manufacturières et les entreprises de services, pour assurer une plus grande flexibilité, particulièrement pour celles qui produisent des biens sur mesure. Nous devons poursuivre nos efforts de requalification des travailleurs vers les secteurs où la demande est la plus forte et favoriser le retour des jeunes parents sur le marché du travail en instaurant des places en services de garde pour tous à 8,70 $.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.