Pierre Karl Péladeau

| Par lpbw

Péladeau et Lisée en chiens de faïence

CHEFFERIE. TC MEDIA-Les deux prétendants au poste de chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau et Jean-François Lisée, sont déjà en guerre.

Les experts prédisent que le parti risque encore d’être déchiré si les choses continuent ainsi.

Le principal point de discorde réside dans le fait que Jean-François Lisée pense que son collègue devrait se départir de son entreprise de presse pour chasser les conflits d’intérêts possibles et respecter l’éthique.

M. Péladeau demeure actionnaire de contrôle de Québecor même s’il est député depuis l’élection d’avril.

«Je n’ai pas l’intention de vendre les actions que mon père m’a léguées, un grand bâtisseur du Québec», a répété M. Péladeau, qui n’a pas voulu dire si sa position pouvait être réévaluée s’il est élu chef du parti le printemps prochain.

Jean-François Lisée n’accepte pas cette réponse, car d’après lui, on ne peut pas à la fois être chef du PQ, encore moins premier ministre, et actionnaire de contrôle du principal empire de presse au Québec. Il demande donc au député de Saint-Jérôme de choisir pour ne pas mettre le PQ dans une situation difficile à court ou moyen terme.

«Il y a quelqu’un qui doit avoir le cran de le regarder dans les yeux et de lui dire: « Pierre Karl, ça ne marche pas, ça n’a pas de bon sens, et si tu fais ça, tu vas nous mettre dans une vulnérabilité incroyable dans nos débats avec nos adversaires», a commenté M. Lisée en point de presse samedi.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.