|

Pas de financement de la MRC pour Abrinord

Par lpbw

ENVIRONNEMENT. Pour une deuxième année consécutive, l’organisme Abrinord devra se passer du financement de la MRC de La Rivière-du-Nord.

Rappelons qu’en 2015, la MRC avait cessé sa contribution financière de 5 000 $ à la suite de la poursuite de 40 000 $ pour diffamation intentée par le président de l’organisme, Xavier-Antoine Lalande, également conseiller municipal de Saint-Colomban, contre le maire Jean Dumais. Toutefois, aucun verdict n’a encore été rendu dans ce dossier.

«Ce n’est pas réglé donc jusqu’à nouvel ordre, le conseil des maires m’a donné comme mandat de maintenir la position qu’on avait», explique le préfet de la MRC et maire de Saint-Hippolyte, Bruno Laroche. «On souhaite sérieusement que ça se règle et que l’harmonie revienne», ajoute-t-il. M. Laroche se souvient que l’an dernier cette situation avait créé un malaise au sein de l’organisme. Deux membres du conseil d’administration, dont le vice-président et fondateur d’Abrinord André Goulet avait décidé de démissionner.

«Un conflit privé»

M. Lalande s’explique mal pourquoi la MRC, qui regroupe les villes de Saint-Jérôme, Prévost, Saint-Colomban, Sainte-Sophie et Saint-Hippolyte, maintient le statu quo après qu’il ait eu gain de cause récemment contre le maire Dumais devant la Commission municipale du Québec (CMQ). En effet, la CMQ a blanchi le conseiller municipal et a blâmé le maire pour son manque d’éthique indiquant que sa plainte a été déposée uniquement pour des raisons politiques.

«Je me désole de voir les maires mettre leur intérêt politique avant ceux de l’environnement et ceux de la qualité de l’eau sur le territoire», commente M. Lalande qui rapporte que la MRC n’a jamais donné de réponse officielle à l’organisme qui œuvre à l’implantation de la gestion intégrée de l’eau sur son territoire malgré «plusieurs envois concernant cette subvention statutaire».

Le président ne voit pas en quoi l’intérêt de la population et la qualité de l’eau ont rapport avec sa poursuite contre le maire Dumais. «Maintenant, c’est rendu un conflit privé», clame-t-il. Celui-ci affirme qu’il est important de financer les organismes puisque «chaque sou investi dans un organisme sans but lucratif rapporte 17 $ à la communauté».

Moins de nouveaux projets

Cette subvention qui était octroyée par la MRC de La Rivière-du-Nord depuis les tous débuts de l’organisme, il y a un peu plus de 10 ans, servait à démarrer des projets. «C’est certain qu’en se faisant couper cette subvention, on peut moins faire de démarchage pour démarrer de nouveaux projets, explique la directrice générale d’Abrinord, Isabelle Marcoux, qui ajoute que l’organisme vient d’être coupé par le gouvernement provincial.

«On va continuer de faire nos projets qui sont déjà entamés, mais on n’a plus le "lousse" que ça nous prend pour démarrer de nouveaux projets». Mme Marcoux affirme toutefois que les relations avec la MRC sont toujours bonnes. «Les relations avec les fonctionnaires ont été maintenues. On vient de recevoir du financement de la MRC pour un projet». La directrice générale, qui parle d’un geste politique, se désole de voir un conflit avoir des répercussions sur son organisme.

«Ce n’est pas le président d’Abrinord (qui est en cause), c’est Xavier-Antoine Lalande comme individu. Ça n’a rien à voir avec Abrinord. Nous travaillons de concertation avec les gens et les municipalités. Nous ne sommes pas un organisme en confrontation. C’est dommage que la situation persiste», termine-t-elle.

L’organisme a envoyé des demandes d’aide financière aux municipalités de la MRC. Jusqu’à maintenant, seule la Ville de Prévost a donné une subvention de 1000 $.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.