| Par France Poirier

Nadine Le Gal partage sa passion de l’éducation

Directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme

Ayant grandi dans une famille qui favorisait l’éducation, Nadine Le Gal a fait des études en droit. Après une pratique de deux ans en droit criminel, elle connaît un court épisode comme attachée politique puis, à 26 ans, elle devient directrice générale de l’organisme Cible-Emploi.

« Chez Cible-Emploi, j’ai réalisé l’importance de l’éducation même si je le savais déjà. Je présidais des comités de reclassement, dont celui des employés de General Motors de l’usine de Boisbriand où 1000 personnes ont vécu la fermeture en 2001. J’ai vu à quel point il était important d’avoir en main un diplôme. Ce travail me rejoignait dans mes convictions et mes valeurs. J’aimais l’enjeu de reconstruction en employabilité. J’ai découvert une passion et mon sens du leadership a été mis à contribution. J’ai dirigé cet organisme durant huit ans, souligne Mme Le Gal. Avec son implication au reclassement des employés chez GM, elle a eu une révélation qu’il est important de travailler à l’éducation, ce qui a guidé ses choix de carrière à partir de là.

Elle affirme que ses études en droit l’ont servie et la servent encore dans son cheminement professionnel. Ce qui l’a menée à devenir directrice générale du Pôle universitaire Paul-Gérin-Lajoie qui rend accessible la formation aux adultes. Elle a mis le concept en application. Pour elle, bâtir, répondre à un besoin de société et permettre aux gens d’accéder aux études universitaires sont des fiertés. Elle a fait six ans à la direction du Pôle universitaire Paul-Gérin-Lajoie qui existe encore.

Milieu collégial

À la suite de ces expériences, elle a fait le choix d’appliquer sur un poste au cégep de Saint-Jérôme en formation continue, service aux entreprises. « J’avais toujours été dans des organismes, mais là, je me retrouve dans une grosse structure. C’est un milieu de vie pour les 7000 étudiants et les 700 employés à Saint-Jérôme, Mont-Tremblant et Mont-Laurier. J’ai un attachement profond pour le cégep, certaines personnes sont ici depuis 30 ans. Le personnel a à cœur notre mission », ajoute Mme Le Gal.

Quatre ans plus tard, la directrice générale quitte pour la retraite et Nadine Le Gal décide de postuler, forte de son expérience acquise à la formation continue. Le 3 février, il y a eu deux ans qu’elle était à la direction du cégep de Saint-Jérôme. Elle se considère comme un chef d’orchestre entouré d’experts dans chaque domaine.

« Je dois m’assurer que l’ensemble soit cohérent et que nous répondions à notre mission; c’est ce qui me guide tous les jours. »

Conciliation travail-famille

Mère de trois filles et en couple avec le père de ses enfants depuis 26 ans, elle est sensible à la conciliation travail-famille, tant dans sa vie privée que pour son personnel. « J’ai fait des choix par rapport à mes convictions, mais par rapport aussi à ma famille. J’ai choisi des emplois où j’avais une certaine souplesse. Je me donne corps et âme à mon travail, mais s’il arrive quoi que ce soit à l’une de mes filles, ma priorité serait elle. On vient d’améliorer notre politique sur la conciliation travail-famille à cet effet. On transforme par des petits pas au quotidien », souligne la directrice.

Elle ajoute que l’un de ses souhaits est que l’on sorte des silos pour une meilleure collaboration. « Plus grand ensemble est notre slogan et je veux que ce soit mon legs. Ensemble, entre le personnel, les étudiants et les départements, je souhaite un partage d’expertises. Nous avons une grande richesse que l’on peut partager et ça aura un impact direct sur nos étudiants pour leur réussite. Il est important que nos jeunes s’impliquent dans la communauté. Il est important de les diplômer, mais aussi d’en faire de bonnes personnes et de bons citoyens. »

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.