| Par lpbw

Les Québécois sont endettés, angoissés et impulsifs

ÉTUDE. Une nouvelle étude dresse un portrait plutôt inquiétant de la situation financière des Québécois.

Deux Québécois sur cinq se disent assez ou très angoissés par leur situation financière. Un tiers de la population a puisé dans ses épargnes pour payer des dépenses courantes au cours des deux dernières années. Au Québec, près d’une personne sur quatre n’est pas du tout en mesure d’épargner. Ce ne sont que quelques-unes des statistiques ressorties dans le cadre de l’enquête intitulée Habitudes financières des Québécois que la firme Léger a récemment réalisée pour Raymond Chabot.

Selon Éric Lebel, associé syndic et conseiller en redressement financier chez Raymond Chabot Grant Thornton, trois facteurs expliquent principalement cet endettement, soit la perte d’emploi, la maladie et la séparation. «Le coût de la vie pour une personne qui vit seule est de 2 000 $ tandis que pour un couple, il est de 2 500 $. Lors d’une séparation, nous devons faire face à des dettes octroyées alors que nous séparions des coûts de 2 500 $ à deux», a expliqué M. Lebel qui vient régulièrement en aide aux personnes prises avec ce nouveau fardeau.

Cette enquête montre que de nombreux Québécois ont de la difficulté à faire face à leurs obligations financières. «Nous voulons aider les gens à mieux comprendre leurs comportements en matière de finances personnelles pour réduire le niveau de stress par rapport à leur situation financière», a mentionné Éric Lebel.

Les pirouettes financières

Pour ce faire, la firme a conçu un test qui permet d’amorcer la conversation sur les questions d’argent, afin de contribuer à faire tomber les tabous entourant ce sujet. «Le sondage s’inscrit dans la continuité de la campagne de sensibilisation Ne perdez pas vos moyens lancée en 2015 par Raymond Chabot, tout comme le nouveau test gratuit qui permet aux utilisateurs de prendre le pouls de leurs comportements face à l’argent.

Le sondage a permis de dégager cinq profils types de Québécois en fonction de leurs habitudes financières: le magicien, le jongleur, le contorsionniste, le dompteur et le cascadeur.

Des conseils personnalisés en fonction de leur profil aideront les gens à adopter de bons comportements en matière de gestion financière. «Nous encourageons tous les Québécois qui sont stressés par leur situation financière, que ce soit parce qu’ils n’arrivent pas à régler leurs dettes, à boucler leur budget ou simplement à réaliser des projets qui leur tiennent à cœur, à faire ce test», a indiqué M. Lebel.

Le test est disponible gratuitement en ligne au www.raymondchabot.com/test

Quelques faits saillants de l’étude;

Des Québécois se considère endettés;

Ne sont pas toujours en mesure de payer le solde total de leurs cartes de crédit et une personne sur six n’y parvient jamais;

Advenant une perte d’emploi, près de la moitié des Québécois n’ont pas de coussin financier suffisant pour maintenir leur rythme de vie durant trois mois;

Près d’une personne sur dix dépense plus de la moitié de son revenu net mensuel pour payer son loyer ou son hypothèque;

Des Québécois ne sont pas du tout en mesure d’épargner.

Texte: Carole-Anne Jacques

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.