|

Les professeurs de la CSRDN votent en faveur de l'entente de principe

Par lpbw

NÉGOCIATIONS. Les enseignants membres du Syndicat de l’enseignement de la Rivière-du-Nord (SERN) ont voté en faveur des ententes de principe sectorielle et intersectorielle.

Les 13 et 14 janvier derniers, les enseignants de ce syndicat se sont réunis dans le cadre d’assemblées générales afin de se pencher sur un vote concernant les ententes de principes du gouvernement du Québec. Au total, 87% des membres ont voté en faveur de l’entente de principe sectorielle, soit 481 pour; 68 contre et deux rejetés. En ce qui concerne l’entente intersectorielle, 79% des enseignants de la CSRDN ont voté en faveur. (434 pour; 110 contre et 4 rejetés).

Après une longue mobilisation du personnel enseignant, après des mois de négociations ardues et de pourparlers difficiles en raison de la marée de demandes patronales inacceptables, les délégués de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ-QPAT) ont entériné le projet d’entente de principe obtenue aux tables sectorielles des enseignants.

Plusieurs mesures bonifient les services aux élèves, dont la protection intégrale de la taille des groupes (ratios) à tous les niveaux ainsi que la diminution de la taille des groupes en maternelle 5 ans (-1 élève). Il y aura également protection de la totalité des enveloppes pour le soutien aux élèves en difficulté et reconduction complète de l’annexe qui encadre l’intégration des élèves handicapés et de ceux présentant un trouble grave du comportement. De plus, l’entente de principe comprend une bonification de 50 % de l’enveloppe de soutien à la composition de la classe, notamment en ce qui concerne l’intégration des élèves présentant un trouble du comportement.

Des conditions de travail améliorées

La nouvelle entente intersectorielle comprend l’ajout de 400 postes à temps plein pour les enseignants de la formation professionnelle et de l’éducation des adultes, et ce, sans contreparties ainsi que la reconnaissance pleine et entière des six journées de maladie annuelles, qui deviennent monnayables. Aussi, l’horaire de travail de 32 heures de présence à l’école sera protégé.

Au-delà de cette entente de principe normative, rappelons que les questions dites financières, qui sont toujours en négociation à la table centrale, doivent également faire partie du contrat de travail du personnel enseignant. Le président du SERN, Christian Aubin, rappelle qu’il y a plusieurs nuances à clarifier à la table de négociation en ce qui a trait à l’augmentation de salaire des enseignants.

Ce dernier partait pour Québec afin de soumettre le résultat du vote aux 35 autres syndicats concernés et regroupés au sein de la Fédération des syndicats de l’enseignement.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.