|

Les pompiers mettent le feu à un bâtiment à Mirabel

Par lpbw

EXERCICE. Les pompiers de Mirabel ont procédé à des mises à feu scientifiques de deux bâtiments du boulevard de Saint-Canut la semaine dernière.

Cette opération, nommée projet Fire, qui est menée en collaboration avec les services d’incendie des villes de Montréal et d’Ottawa et de Flash Formation, servira à recueillir plusieurs données qui seront par la suite analysées pour valider et améliorer les techniques d’intervention des pompiers à travers le Canada et ailleurs dans le monde.

«Ça va nous donner plusieurs informations qui permettront de modifier nos attaques, a affirmé Joël Laviolette, directeur du Service de la sécurité incendie de Mirabel. Toutes les données recueillies vont servir au maintien des compétences chez nos pompiers et nous permettre d’associer des tactiques aux phénomènes thermiques».

Cet exercice, qui a permis de mettre à contribution des caméras thermiques et des «thermo coupes», a également pour but de réduire le taux de cancer chez les combattants des flammes grâce à différentes stratégies de décontamination.

Notons que des pays de l’OTAN ont embarqué dans ce programme financé à la hauteur de 1,2 M$ par le gouvernement fédéral.

Changement de culture

Mercredi, le deuxième étage du 9960 boulevard Saint-Canut était en feu et les flammes sortaient par la fenêtre. «Les pompiers font faire une attaque transitoire, soit une attaque indirecte, annonçait Martin Corriveau, de Flash Formation, une compagnie de formation en sécurité incendie spécialisée dans les phénomènes thermiques. Ils vont l’attaquer de l’extérieur. C’est la façon la plus rapide d’éteindre le feu».

«Ç’a toujours été à l’encontre de ce qu’on croyait pour ce qui est de la survie des victimes, mais la science est venue prouver qu’on leur donne plus de chance. Il y a eu un changement de culture», poursuit-il.

En effet, ce projet s’appuyant sur des recherches scientifiques démontre, à l’aide de documents visuels et d’analyses, qu’avec les années, les tactiques d’intervention d’autrefois sont à revoir.

Un bâtiment voué à la démolition

Afin de réaliser cet exercice, les pompiers de Mirabel ont passé de nombreuses heures à préparer les bâtiments. «Il a fallu les rendre sécuritaires», note M. Laviolette.

L’endroit qui a été acquis par Mirabel était voué à la démolition puisque la Ville veut agrandir le parc Gingras situé tout près.

Le projet Fire s’est déroulé du 6 au 11 juin. «Les quatre premières journées ont servi à la démolition avec des activités scientifiques et les deux derniers jours ont servi à la formation des pompiers», raconte-t-il. Une cinquantaine de personnes ont participé à cet exercice.

Rappelons qu’une opération similaire avait eu lieu à Mirabel en 2014 alors qu’une bâtisse de la compagnie Unimin avait été brûlée.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.