|

«Les entreprises devront avoir un plan de gestion des matières résiduelles »

Par lpbw

RECYCLAGE. Dans les prochaines années, le gouvernement québécois resserrera les lois en ce qui a trait au recyclage en entreprise.

Immanquablement, toutes les entreprises devront se conformer à cette nouvelle politique, a prévenu Gilles Venne, directeur recyclage chez Groupe Gagnon, qui était invité à une conférence organisée par la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Jérôme, la semaine dernière. «Chaque entreprise va devoir avoir un plan de gestion des matières résiduelles et prouver qu’il fait sa part pour dévier de l’enfouissement les matières», a-t-il mentionné devant des gens d’affaires réunis au restaurant Pacini. Tous les types de matières recyclables seront dans la mire du gouvernement, tels le bois et le carton.

M. Venne sait très bien que pour plusieurs entreprises le recyclage n’est pas toujours chose facile et représente un nouveau défi. Il en va de même pour aller porter les matières résiduelles à l’écocentre. «Concrètement, ça se fait bien, mais sur le plancher c’est une autre affaire. Je vois mal par exemple la secrétaire d’un dentiste aller porter ces matières à l’écocentre en talons hauts», remarque-t-il.

C’est pour répondre à ce besoin que le Groupe Gagnon, une entreprise qui est installée à Prévost depuis un an, a décidé d’offrir des services clé en main de gestion des matières résiduelles. «Ce n’est pas la job aux entreprises de gérer ça. Leur job, c’est de produire», estime-t-il. Celui-ci n’a pas manqué de vanter son entreprise qui s’adapte à ses clients et non l’inverse. «Tu ne peux pas arriver avec un plan prédéterminé sans connaître l’entreprise. On vise plutôt un partenariat, un service personnalisé».

Une économie importante

Selon M. Venne, les commerces gagnent beaucoup en se tournant vers le recyclage. Il donne l’exemple d’un marché d’alimentation de Boucherville qui a réussi à économiser 200 000 $ en mettant en place une structure pour mieux gérer les déchets. «Contrôler ses rejets en entreprise, c’est contrôler sa production, c’est contrôler les ventes. C’est contrôler tout», note-t-il.

Cette structure passe en premier lieu par la formation des employés. En plus de réduire les coûts de l’entreprise, le recyclage peut avoir un effet positif sur les travailleurs. «Ils peuvent développer un sentiment d’appartenance en travaillant pour une entreprise qui fait sa part pour l’environnement. Les gens vont également répéter leurs gestes à la maison. Des employés heureux ce sont des employés qui produisent mieux», affirme le directeur.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.